Dates importantes et écheances pour 2024

L’échéancier pour 2024 s’établit comme suit :

Appel de candidatures:  décembre 2023/janvier 2024
Date limite pour les mises en candidature: le 9 février 2024
Date limite de soumission des demandes : 28 mars 2024 à 17h HAE
Premier tour (présélection) : avril 2024
Deuxième tour et entretiens : 29 au 31 mai 2024

À la réception des mises en candidature, la Fondation invitera tou(te)s les candidat(e)s à soumettre une demande en ligne. Les demandes reçues après la date limite ne seront pas acceptées.

Le Prix Walter Prystawski 2023

Jonathan Mak, piano, Toronto

Nous sommes ravis d’annoncer que, en plus d’avoir obtenu un prix de la Fondation Sylva Gelber en 2023, Jonathan Mak, pianiste de Toronto, est le lauréat du prix Walter Prystawski de cette année.

Lauréat du premier concours canadien de piano Bader & Overton en 2023, le pianiste Jonathan Mak a fait ses débuts orchestraux à l’âge de quatre ans. Depuis, il a été soliste invité par de nombreux orchestres, notamment l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre de chambre Orpheus en Bulgarie, la Camerata de Manchester, l’Orchestra Filarmonica di Udine et l’Orchestre philharmonique de Cracovie. Outre sa victoire au concours Bader, le pianiste a récemment remporté le grand prix du concours de musique de chambre Plowman avec le Trio Menil, ainsi que le troisième prix du concours de l’OSM. Il a également reçu des prix spéciaux au Concours international de

piano du Festival de Ljubljana, en Slovénie, et au Concours international de piano Maj Lind, en Finlande. Il a aussi participé aux concours internationaux de piano Van Cliburn et de Dublin. Nommé comme faisant partie des « 30 musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans les plus en vue » par la CBC, Jonathan Mak est lauréat du prix Michael Measures du Conseil des Arts du Canada. Il s’agit de son deuxième prix décerné par la Fondation Sylva Gelber pour la musique, et il est accompagné du prix Walter Prystawski 2023, décerné chaque année au candidat le plus méritant du concours.

Le musicien a été invité à se produire dans divers festivals, dont le Bravo ! Vail Festival au Colorado, le Festival of the Sound en Ontario, Chamberfest Ottawa et le Festival international d’Édimbourg. Il a participé à divers festivals d’été, dont le Festival de musique d’été d’Aspen, le Festival de musique de Kneisel Hall et le Festival de musique de Sarasota.

Défenseur du rayonnement communautaire, Jonathan Mak est membre du Programme des jeunes artistes de DACAMERA, un programme de bourses pour les instrumentistes, chanteurs et compositeurs professionnels émergents qui dessert la communauté de Houston

Jonathan Mak poursuit actuellement un doctorat en arts musicaux à l’université Rice sous la conduite de Jon Kimura Parker. Il a commencé ses études avec Aster Lai à Toronto et détient une maîtrise en musique et une maîtrise en arts musicaux de la Yale School of Music, étudiant sous l’égide de Boris Slutsky. Il a obtenu sa licence à l’Institut de musique de Cleveland sous la tutelle de Daniel Shapiro, ainsi que des diplômes secondaires en alto et en allemand.

Cliquez ici pour avoir de plus amples informations sur le prix et sur Walter Prystawski.

Douze lauréats du prix de la Fondation Gelber 2023 à connaître !

Le nombre, la profondeur et la diversité des talents musicaux au Canada ne cessent d’étonner. Les lauréats de cette année représentent un large éventail d’instruments de musique, y compris le chant, et poursuivent des projets d’études et d’interprétation fascinants dans le monde entier.

Ils ont été sélectionnés parmi 51 candidats, désignés par des dizaines d’écoles de musique prestigieuses et d’éminents musiciens du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Europe. La Fondation remercie ces écoles et ces personnes d’avoir pris le temps et le soin de proposer leurs meilleurs élèves canadiens. Comme les années précédentes, notre jury de présélection a passé plusieurs jours à écouter les enregistrements soumis par chaque candidat et à déterminer lequel d’entre eux passerait à la phase finale de sélection. Ce jury était composé du célèbre clarinettiste James Campbell, CM, directeur artistique de longue date du Festival of the Sound ; de Joanne Kolomycek, ancienne professeure adjointe de chant à McGill ; du violoncelliste Britton Riley, du National Symphony Orchestra au Kennedy Centre ; et du célèbre pianiste et professeur Andrew Tunis. Nous apprécions énormément leur travail acharné au service de la Fondation.

Nous sommes également reconnaissants envers les cinq jurés qui ont eu la tâche difficile de choisir les lauréats de cette année : Agnes Grossmann, ancienne chef d’orchestre de l’Orchestre Métropolitain ; la soprano et respectée professeure de chant Rosemarie Landry, CM, professeure à la Faculté de musique de l’Université de Montréal et membre du conseil d’administration de la Fondation Sylva Gelber pour la musique ; le célèbre pianiste Stéphane Lemelin, titulaire de la chaire d’interprétation à l’École de musique Schulich de McGill et vice-président de la Fondation ; Chris Millard, basson solo récemment retraité du Centre national des Arts ; et le violoniste et altiste Barry Shiffman, membre du conseil d’administration, doyen associé et directeur de la musique de chambre à l’École Glenn Gould.

Nous avons le plaisir de vous présenter les lauréats de cette année, ci-dessous.

Leslie Ashworth, alto, Oakville (Ontario)

Figurant sur la liste des « 30 musiciens classiques canadiens les plus en vue de moins de 30 ans » établie par la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) en 2021 et lauréate du Concours international Stepping Stone en 2022, la violoniste et altiste Leslie Ashworth s’est produite

en France et en Italie, ainsi qu’au Carnegie Hall de New York et au Koerner Hall de Toronto. Elle a obtenu une licence de musique à l’École Glenn Gould et une maîtrise de musique en violon à l’Université Rice. Elle a récemment obtenu sa maîtrise de musique en alto à l’École Juilliard en qualité d’adjointe à l’enseignement en formation auditive, artiste enseignante Morse en engagement communautaire et est heureuse récipiendaire d’une bourse Kovner. La musicienne poursuit actuellement ses études de doctorat en arts musicaux sous la direction de Misha Amory à la l’École Juilliard en tant que boursière doctorale C.V. Starr.

L’altiste a reçu le prix du bénévolat communautaire du lieutenant-gouverneur de l’Ontario pour avoir fondé Suite Melody Care, un organisme à but non lucratif qui offre des spectacles aux patients des hôpitaux et aux personnes âgées au Canada et aux États-Unis. À titre de compositrice, Leslie Ashworth a remporté la première place au Concours des jeunes compositrices de l’Orchestre des jeunes de Sudbury (2022) ; elle suit actuellement des cours de composition avec le Philip Lasser (titulaire d’un doctorat) à l’Université Juilliard.

Leslie Ashworth joue sur un violon Albani de 1696 prêté par un bienfaiteur privé et sur un alto Joseph Rocca de 1854 prêté par Juilliard. Elle remercie la Fondation Sylva Gelber pour la musique qui a financé ses études à Juilliard (2022-23, 2023-24).

Chloé Dumoulin, piano, Montréal (Québec)

La pianiste Chloé Dumoulin s’est produite comme soliste au Canada, aux États-Unis, en Europe et dans les salles les plus prestigieuses de Montréal comme la Maison Symphonique et la Salle Bourgie. Elle s’est distinguée dans plusieurs concours et a obtenu notamment le 3e grand prix au

Prix d’Europe 2021, le 1er prix du Concours de musique du Canada, le 2e grand prix du CMFTA National Piano Competition, pour n’en nommer que quelques-uns. Détentrice de deux maîtrises du Conservatoire de musique de Montréal dans les classes d’André Laplante en piano et Claire Ouellet en collaboration, elle a été admise au Artist Diploma in Piano Performance à la Guildhall School of Music and Drama de Londres avec une bourse complète, où elle ira étudier à partir de septembre 2023 sous la tutelle de Ronan O’Hora. Passionnée de musique de chambre et de collaboration, elle a fondé le Quatuor Vatra en 2020. Elle est reconnaissante du soutien de la Fondation Sylva-Gelber, la Fondation du Conservatoire, la Fondation Desjardins et des Fonds AIDA des Jeunesses musicales du Canada.

Vartan Gabrielian, baryton-basse, Toronto (Ontario)

Le baryton-basse canado-arménien Vartan Gabrielian a été loué pour « …une voix qui semble émaner du plus profond de son être – magistrale et imposante, avec juste ce qu’il faut de vibrato pour lui donner du mordant « . (Citron)

Cette saison, Gabrielian interprète de nombreux rôles passionnants. Il fait ses débuts au Festival de Verbier dans le rôle de Nick Shadow (The Rake’s Progress), à l’Opéra de Paris dans le rôle de Dottore Grenvil (La Traviata) et à l’Opera San Jose dans les rôles de Basilio (Le Barbier de Séville), Friar Laurent (Roméo et Juliette) et de Capitán (Florencia en el Amazonas).

Il terminera la saison dans le rôle de Fasolt (Das Rheingold) à l’Opéra d’Edmonton. Artiste de concert recherché, Vartan Gabrielian sera également basse soliste dans le Messie de Haendel avec l’Orchestre symphonique de Winnipeg.

Cette saison, Gabrielian interprète de nombreux rôles passionnants. Il fait ses débuts au Festival de Verbier dans le rôle de Nick Shadow (The Rake’s Progress), à l’Opéra de Paris dans le rôle de Dottore Grenvil (La Traviata) et à l’Opera San Jose dans les rôles de Basilio (Le Barbier de Séville), Friar Laurent (Roméo et Juliette) et de Capitán (Florencia en el Amazonas). Il terminera la saison dans le rôle de Fasolt (Das Rheingold) à l’Opéra d’Edmonton. Artiste de concert recherché, Vartan Gabrielian sera également basse soliste dans le Messie de Haendel avec l’Orchestre symphonique de Winnipeg.

La saison dernière, il a notamment incarné Masetto et Commendatore (Don Giovanni) au Centre national des Arts, Nourabad (The Pearl Fishers) à l’Opéra de Vancouver, et il est retourné à la Compagnie d’opéra canadienne pour personnifier Dottore (Macbeth) et interpréter Figaro (Le nozze di Figaro), Banquo (Macbeth) et Angelotti (Tosca).

En 2022, Gabrielian a été finaliste du concours du Belvédère en Lettonie et demi-finaliste national du Concours Laffont du Metropolitan Opera en 2023. Il a également reçu des prix de nombreuses organisations, notamment le Metropolitan Opera National Council, la Career Bridges Schuyler Foundation, la Fondation Jacqueline Desmarais, la Gerda Lissner Foundation et la George London Foundation. Il s’agit de sa deuxième bourse de la Fondation Sylva Gelber, qui lui permettra de participer à des concours et à des auditions, ainsi que de bénéficier d’un mentorat, de leçons et de cours de langue au cours de l’année à venir.

Vartan Gabrielian est titulaire d’une licence et d’une maîtrise en chant du Curtis Institute of Music. Il est également un ancien élève de l’Ensemble de la Compagnie d’opéra canadienne et du programme d’apprentissage de Santa Fe.

Jaclyn Grossman, soprano, Montréal (Québec)

Saluée comme une « soprano dramatique enchanteresse » (Opera Canada) « maîtrisant une puissante gamme d’émotions pleines d’expressivité » (The Whole Note), Jaclyn Grossman est actuellement membre de la Rebanks Family Fellowship (Association de la Famille Rebanks) et du International Residency Program (Programme de résidence internationale) du Conservatoire royal de musique de Toronto.

Cette saison, elle donnera des récitals à Montréal dans le cadre de la série des anciens élèves de l’École de musique Schulich, et à Chattanooga dans le cadre d’un partenariat entre l’Orchestre

symphonique de Chattanooga et la Bibliothèque publique de Chattanooga. Elle reprendra également le rôle de Judith dans la production du château de Barbe-Bleue du théâtre Against the Grain, participera à la Série de concerts gratuits Richard Bradshaw de la Compagnie d’opéra canadienne et entamera son mandat d’artiste résidente (Quatuor de l’engagement civique) auprès de l’Opéra du Pacifique de Victoria et de l’Opéra de Vancouver. En 2024, elle chante le rôle de Freia dans Oas Rheingold à l’Opéra d’Edmonton et se joint à l’Orchestre philharmonique de Buffalo pour chanter la Symphonie n° 9 de Beethoven.

En 2021-2022, Jaclyn Grossman a participé en tant que jeune artiste au programme Britten Pears Young Artist, à l’Opéra de Banff au XXIe siècle et au Festival de musique d’été de Sewanee. En août dernier, la cantatrice a interprété le rôle-titre de Bas-Sheve de Henech Kon, un opéra yiddish en première nord-américaine avec l’Ashkenaz Festival, le Nilken Center, l’UCLA et le Yiddish Summer Weimar.

Fière cofondatrice de l’Ensemble Likht, Jaclyn Grossman se passionne pour la diffusion de la musique des compositeurs juifs de l’Holocauste, et son prix Gelber est destiné à soutenir sa recherche et son interprétation de ce répertoire. En tant que soprano dramatique juive, elle est impatiente d’explorer les croisements entre le répertoire germanique et les voix réduites au silence pendant l’Holocauste. Au cours de la dernière saison, elle a continué à organiser et à se produire dans le cadre de Shoah Songbook, une série de concerts pour la Harold Green Jewish Theatre Company. Parmi ses autres engagements récents, citons des récitals avec l’Opéra du Pacifique de Victoria, le Centre des arts et de la créativité de Banff, le Conservatoire royal de musique, le Centre de musique de Sewanee, Holy Blossom Music et Tempie Sinai.

Jaclyn Grossman est la lauréate 2022 du Career Blueprint Award de l’International Resource Centre for Performing Artists (Centre international de ressources pour les artistes interprètes), la lauréate 2020 du Ben Steinberg Musical Legacy Award du Temple Sinai et a reçu de nombreuses subventions du Conseil des Arts du Canada. Elle est titulaire d’une maîtrise en musique et d’un diplôme d’études supérieures en opéra et en chant de l’Université McGill.

Cole Knutson, piano collaboratif, North Battleford (Saskatchewan)

Le musicien métis Cole Knutson a grandi à North Battleford, en Saskatchewan, où il a étudié le piano et obtenu son diplôme de premier cycle en saxophone classique avec Allen Harrington. Il a obtenu une maîtrise à la Guildhall School of Music and Drama, où il a étudié avec Julius Drake et Eugene Asti, en bénéficiant d’une bourse complète, et où il a travaillé comme accompagnateur. À l’automne 2023, il commencera à étudier avec le professeur Wolfram Rieger à la Hochschule für Musik Hanns Eisler de Berlin, en Allemagne.

À l’automne 2022, Cole  Knutson a été nommé boursier au Liedzentrum Liedakademie en collaboration avec Heidelberger Frühling et la Pierre Boulez Saal, sous la direction de Thomas Hampson. Il a également participé au SongStudio 2023 à Carnegie Hall, sous la direction de Renée Fleming, et a été nommé boursier de l’Académie Orsay-Royaumont en France pour la saison 2023-2024. Récitaliste actif, le musicien s’est récemment produit au Heidelberger Frühling Lied Festival, à Carnegie Hall, à la Salle Pierre Boulez dans le cadre de la Semaine Schubert, au Wigmore Hall de Londres, à la Salle Bourgie de Montréal et à la Salle Cortot de Paris. Il se produit régulièrement dans le cadre du Oxford Lieder Festival, du LSO St. Luke’s, ainsi qu’au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suisse, en Islande, en France, en Autriche et en Amérique du Nord.

Avec son partenaire Joël Terrin, il s’est récemment produit au Concours de Voix Kattenburg à Lausanne, aux Kathleen Ferrier Awards 2022 au Wigmore Hall et à la finale 2022 du Young Classical Artists Trust (YCAT) au Wigmore Hall, qui lui a valu de nombreuses récompenses. Il a également été primé au Concours Musical International de Montréal en 2022, au Concours International Mozart en 2022 avec le baryton Michael Lafferty, et au Concours du Festival de la chanson de Londres en 2021 avec la mezzo-soprano franco-canadienne Anika France-Forget.

Cole est reconnaissant du soutien continu des Nations Métis de la Saskatchewan, de l’Institut Gabriel Dumont, de SK Arts, du Guildhall Trust, de la Fondation Art Song du Canada et de la Fondation Sylva Gelber pour la musique.

Alan Liu, guitare classique, Vancouver (Colombie-Britannique)

Alan Liu est un guitariste classique originaire de Vancouver, au Canada. Il a reçu de nombreux prix internationaux, parmi lesquels la prestigieuse Guitar Foundation of America’s International Concert Artist Competition. Nommé par la CBC comme faisant partie des « 30 musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans les plus en vue », il s’est produit en qualité de soliste avec plusieurs orchestres nord-américains et a participé à divers festivals de musique, notamment les festivals internationaux de guitare de QinLing, de Montréal et de la Couronne. Actuellement élève à l’École Juilliard, Liu a obtenu sa licence au Curtis Institute of Music. Liu est un artiste Augustine et Altamira.

Wilhelm Magner, altiste, Drummondville (Québec)

Premier altiste à remporter le Prix d’Europe (2022) en 111 ans d’histoire du Concours, Wilhelm a obtenu un diplôme d’études supérieures sous la tutelle du professeur André Roy, étudiant en outre le violon avec le professeur Axel Strauss à l’Université McGill. Il a également participé à des classes de maître auprès d’artistes tels qu’Ana Chumachenco, Yura Lee, Grigory Kalinovsky, Ian Svensen et Yehonatan Berick. En 2022, il figure sur la liste des « 30 musiciens classiques canadiens les plus en vue de moins de 30 ans » établie par la CBC. En septembre 2022, il a commencé sa maîtrise en interprétation de l’alto à l’Université de Yale dans la classe d’Ettore Causa.

Il est lauréat de nombreux concours, dont le Concours de musique du Canada (premier prix ex-aequo) et le Concours de concerto de l’OSJS. Il a été demi-finaliste du Concours international d’alto Oskar Nedbal, en 2022, et a également participé au concours du Printemps de Prague. Son prix de la Fondation pour la musique Sylva Gelber lui permettra de poursuivre ses études à Yale et de participer à des festivals et à des concours en 2023-2024.

L’altiste a participé à de nombreux festivals d’été, tels que le Festival Menuhin de Gstaad, le Kneisel Hall, le Programme des jeunes artistes du Centre national des arts et l’Académie de musique d’Orford. Il a étudié pendant sept ans avec Natalia Kononova, violon solo de l’Orchestre symphonique de Drummondville. Il s’est produit avec divers ensembles, dont l’OSM, Les Violons du Roy et I Musici. En 2022-2023, Wilhelm Magner donnera des récitals à Montréal et à Val d’Or et se produira en concert avec l’Orchestre symphonique des jeunes de Montréal.

Le musicien joue sur un alto de Giovanni Battista Guadagnini, Turin, 1773-78, un violon de Claude Augustin Miremont, de 1860-70, utilise un archet de Jean Joseph Martin et un archet Lamy généreusement prêté par CANIMEX INC. de Drummondville.

Jonathan Mak, piano, Toronto (Ontario)

Lauréat du premier concours canadien de piano Bader & Overton en 2023, le pianiste Jonathan Mak a fait ses débuts orchestraux à l’âge de quatre ans. Depuis, il a été soliste invité par de nombreux orchestres, notamment l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre de chambre Orpheus en Bulgarie, la Camerata de Manchester, l’Orchestra Filarmonica di Udine et l’Orchestre philharmonique de Cracovie. Outre sa victoire au concours Bader, le pianiste a récemment remporté le grand prix du concours de musique de chambre Plowman avec le Trio Menil, ainsi que le troisième prix du concours de l’OSM. Il a également reçu des prix spéciaux au Concours international de

piano du Festival de Ljubljana, en Slovénie, et au Concours international de piano Maj Lind, en Finlande. Il a aussi participé aux concours internationaux de piano Van Cliburn et de Dublin. Nommé comme faisant partie des « 30 musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans les plus en vue » par la CBC, Jonathan Mak est lauréat du prix Michael Measures du Conseil des Arts du Canada. Il s’agit de son deuxième prix décerné par la Fondation Sylva Gelber pour la musique, et il est accompagné du prix Walter Prystawski 2023, décerné chaque année au candidat le plus méritant du concours.

Le musicien a été invité à se produire dans divers festivals, dont le Bravo ! Vail Festival au Colorado, le Festival of the Sound en Ontario, Chamberfest Ottawa et le Festival international d’Édimbourg. Il a participé à divers festivals d’été, dont le Festival de musique d’été d’Aspen, le Festival de musique de Kneisel Hall et le Festival de musique de Sarasota.

Défenseur du rayonnement communautaire, Jonathan Mak est membre du Programme des jeunes artistes de DACAMERA, un programme de bourses pour les instrumentistes, chanteurs et compositeurs professionnels émergents qui dessert la communauté de Houston

Jonathan Mak poursuit actuellement un doctorat en arts musicaux à l’université Rice sous la conduite de Jon Kimura Parker. Il a commencé ses études avec Aster Lai à Toronto et détient une maîtrise en musique et une maîtrise en arts musicaux de la Yale School of Music, étudiant sous l’égide de Boris Slutsky. Il a obtenu sa licence à l’Institut de musique de Cleveland sous la tutelle de Daniel Shapiro, ainsi que des diplômes secondaires en alto et en allemand.

Emma Meinrenken, Toronto (Ontario)

La violoniste canado-allemande Emma Meinrenken, âgée de 23 ans, poursuit actuellement sa maîtrise en musique à Yale, sous la direction d’Augustin Hadelich, et est la lauréate 2023 du Prix de musique de la Fondation Presser de Yale. Elle a récemment obtenu son diplôme du Curtis Institute of Music, où elle a étudié avec Ida Kavafian, a été boursière annuelle Dorothy Richard Starling et a reçu le Prix Milka de l’artiste violoniste. Elle a également été l’élève d’Atis Bankas au Conservatoire royal de musique de Toronto.

La musicienne a fait ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Toronto à l’âge de 10 ans et s’est depuis produite en qualité de soliste avec de nombreux autres orchestres en Amérique du Nord, notamment avec l’Orchestre symphonique de l’Utah et l’Orchestre métropolitain de Montréal. Elle a joué pour WHYY Radio, CBC Radio et 96.3 Classical FM. Passionnée par la collaboration avec les compositeurs, elle a créé de nouvelles œuvres et s’est vu dédier de nouvelles œuvres. Elle a fait ses débuts au Carnegie Hall en jouant la première new-yorkaise d’un duo pour violon et guitare de Fred Lerdahl. Elle a participé à de nombreux festivals de musique internationaux et est souvent à l’affiche du Music Niagara Festival au Canada, où elle est membre du corps enseignant de I ‘Académie des jeunes artistes du festival depuis 2020.

Emma Meinrenken a remporté de nombreuses récompenses et prix internationaux, notamment la première place au Concours international de violon Stradivarius et obtenu la médaille d’argent au Concours international de cordes de Stulberg. Elle a été demi-finaliste au concours Menuhin et, récemment, finaliste des Young Concert Artists International Auditions. Elle a remporté en outre le concours de la Banque d’instruments de musique du Conseil des Arts du Canada et a reçu en prêt le violon Stradivarius Baumgartner de 1689 pour la période 2018-2022. En 2019, elle a été lauréate du prix Ravel à l’École d’art américain de Fontainebleau, où elle s’est vu attribuer le Prix de la meilleure interprétation d’une nouvelle composition. Il s’agit de son deuxième prix décerné par la Fondation Sylva Gelber pour la musique. Emma Meinrenken joue actuellement sur un violon Gioffredo Cappa de 1687.

Sebastian Reuten, hautbois, Calgary (Alberta)

Après avoir fait la rencontre de la professeure Louise Pellerin à l’Académie de musique Orford, Sebastian Reutena décide de poursuivre ses études musicales avec elle à l’Université des arts de Zurich en 2018, où il obtient son baccalauréat en interprétation de hautbois, en 2022, et où il poursuit ses études de maîtrise en musique, avec spécialisation en pédagogie.

Né en 2000, il a reçu ses premières leçons de hautbois dans sa ville natale de Calgary à l’âge de douze ans aux côtés du hautbois solo associé David

Sussman de l’Orchestre philharmonique de Calgary ; il suit par la suite le programme d’interprétation avancée du Conservatoire Mount Royal.

En Suisse, le hautboïste se produit en qualité de soliste et de musicien d’orchestre, et aime particulièrement jouer de la musique de chambre en trio et en octuor. Il a récemment été nommé professeur de hautbois aux conservatoires de Soleure et de Gerlafingen et donne des cours particuliers à Zurich.

À titre de compositeur, Sebastian Reuten continue de collaborer à l’échelle internationale avec des élèves et des professionnels de l’animation en Amérique du Nord et en Europe pour composer des musiques de films, d’animatiques et d’autres productions artistiques. Pendant son temps libre, il aime écrire de la musique, regarder des films et voyager. Le musicien est heureux de figurer parmi les lauréats de la Fondation Sylva Gelber pour la musique et est extrêmement reconnaissant à la Fondation pour le soutien continu qu’elle apporte à ses études en Suisse.

Abigail Sinclair, soprano, Halifax (Nouvelle-Écosse)

Conteuse et interprète engagée, la soprano Abigail Sinclair de Halifax/Kjipuktuk cherche à conquérir de nouveaux publics en réinterprétant avec fluidité des œuvres classiques tout en encourageant la création et l’interprétation de musique nouvelle.

La soprano a commencé sa maîtrise en interprétation vocale à l’Académie royale de musique en 2022, sous la direction de Kate Paterson. Depuis qu’elle a rejoint l’Académie, elle a été intégrée au prestigieux Bach Consort, grâce auquel elle a participé à des concerts présentant six cantates différentes avec la division d’interprétation historique de l’Académie,

sous la direction de Dame Jane Glover, Iain Ledingham et Peter Whelan respectivement.

À l’automne 2023, la cantatrice se joindra également au cercle de chant et au Programme d’opéra préparatoire de l’Académie. En octobre, elle interprétera le rôle de Marie dans « La fille du
régiment » de Donizetti dans le cadre des Scènes d’automne 2023 de la Division de l’opéra de l’Académie.

Le point culminant de sa saison 2022/2023 a été ses débuts au Southbank Centre avec le London Sinfonietta en tant que soprano I soliste dans « The Fields of Sorrow », dans le cadre d’un concert dirigé par Martyn Brabbins commémorant la mémoire du regretté compositeur Sir Harrison Birtwistle.

Abigail Sinclair est infiniment reconnaissante du soutien de la Fondation Sylva Gelber pour la musique, du Nova Scotia Talent Trust et de l’Académie royale de musique.

Grace Sohn, violoncelle, Vancouver (Colombie-Britannique)

La violoncelliste canadienne Grace Sohn a commencé son parcours musical à l’âge de six ans et ses études sont actuellement financées par le Conseil des arts de la Colombie-Britannique et, pour la deuxième fois, par la Fondation Sylva Gelber pour la musique, ce qui favorise sa participation à des festivals et à des concours, ainsi que ses études en vue de l’obtention d’une maîtrise.

Elle a remporté le premier prix du Concours de cordes classiques de Vienne 2019, du Concours international Anton Rubinstein de Berlin 2018 et

du Concours international Busan Maru de Corée du Sud 2016, et a obtenu en outre le deuxième prix et le prix spécial du Concours Shean Strings au Canada. La violoncelliste a également remporté le premier prix du Concours international de cordes classiques de Vienne 2018, le premier prix du Concours international Anton Rubinstein de Berlin et le deuxième prix spécial du Concours international de cordes classiques de Busan, en Corée du Sud. Elle a également été lauréate du Concours OSM 2019 au Canada, du Concours Johannes Brahms 2021 et du Concours international de Markneukirchen 2023.

La violoncelliste s’est produite à titre de soliste avec la Philharmonie Northwest,l’Orchestre  philharmonique de Busan, Zagreb Virtuoso, la Clara-Schumann Philharmonie, le Mozart Collegium Orchestra et aux côtés du VAM Symphony Orchestra ( l’Orchestre symphonique de l’Académie de musique de Vancouver).

Elle a participé à des ateliers de maître avec des artistes de renom tels que Frans Helmerson, David Geringas, Jens Peter Maintz, Rafael Wallfish et Wolfgang Emanuel Schmidt.

Elle vit actuellement à Berlin, où elle étudie avec le professeur Troels Svane à la Hanns Eisler Hochschule für Musik.