Voici les lauréats du prix 2019!

Kevin Ahfat, pianiste, Toronto

Interprète « à la grande finesse technique, dont les prestations ne cessent d’enthousiasmer » (selon Seattle Times), le pianiste canadien est « prêt à devenir l’un des jeunes héritiers du royaume du piano classique, avec un style millénaire, audacieux, repoussant ses limites. Et à tout cela s’ajoute une exécution sublime (d’après Vanguard Seattle), « il dégage une formidable puissance dans les grands moments, mais il attache clairement plus de prix à la musicalité plutôt qu’à la simple virtuosité » (selon American Record Guide).

En 2018, Kevin a été nommé, par Radio-Canada, l’un des 30 meilleurs musiciens classiques âgés de moins de 30 ans; il a par la suite publié en direct un enregistrement des œuvres de Brahms depuis le Studio 211 de Radio-Canada. La même année, le musicien a interprété avec une grande ferveur la première nord-américaine de la Troisième sonate pour violoncelle et piano (récemment publiée) de Camille Saint-Saëns. En prévision, il a filmé et produit un mini-documentaire intitulé Soirée pour Camille, un court métrage retraçant le contexte historique de l’œuvre, son partenariat artistique ave la violoncelliste Juliette Herlin, et leur exploration de la musique française. Poursuivant son exploration dynamique de la musique et du cinéma, il s’est récemment associé avec Riddle Films pour projeter à l’écran Tableaux d’une exposition, de Moussorgski, filmé en direct au Koerner de Toronto.

Parmi les événements marquants des dernières saisons figurent son retour au sein de l’Orchestre symphonique de Seattle, pour son tout premier Festival de concertos de Chostakovitch, son apparition dans le cadre de la série Dame Myra Hess, à Chicago, et sa toute première classe de maître et son récital lors de la Masterclass Series de Las Vegas. Ahfat a eu le privilège de partager la scène avec des artistes renommés dans différents genres, dont Jean-Yves Thibaudet, So Percussion, David Finckel, Joshua Roman, et Joaquin Valdepeñas. Il a noué un nouveau partenariat avec le chorégraphe Richard Alston et Juilliard Dance dans leur reconstitution de Sheer Bravado (2006) d’Alston. Il s’est en outre produit avec l’ARC Ensemble, le Amici Chamber Ensemble, et le Art of Time Ensemble dans toute l’Amérique du Nord.

Kevin Ahfat a terminé ses études principales à l’École Juilliard de New York auprès de Joseph Kalichstein et de Stephen Hough et a passé l’an dernier à titre de boursier Rebanks au Conservatoire royal de Toronto. Au cours de la prochaine année, il mettra à profit son prix de la Fondation Sylva Gelber pour poursuivre ses études auprès d’éminents professeurs, se préparer pour d’importants concours internationaux et parfaire ses compétences en cinéma et autres médias visuels afin que le public apprécie et appréhende mieux la musique classique.

Joel Allison, baryton-basse, Toronto

Le baryton-basse Joel Allison a été loué pour sa « voix à la fois colorée et sonore » (d’après Ludwig von Toronto).  Il s’est produit au Canada et en Europe avec la Compagnie d’opéra canadienne, le Saskatoon Opera, l’Orchestre symphonique de Saskatoon, l’Orchestre baroque le Tafelmusik Baroque Orchestra and Chamber Choir, le Tilford Bach Festival, et l’Orchestre symphonique de Terre-Neuve.

Au cours de la saison 2019-2020, le chanteur a tenu le rôle du Mandarin dans Turandot et celui de Fiorello dans Il Barbiere di Siviglia (Le Barbier de Séville) avec la Compagnie d’opéra canadienne au Studio Ensemble; il a aussi fait ses débuts aux côtés de l’Orchestre symphonique de Nouvelle-Écosse. La saison dernière, il effectué ses débuts avec le Studio Ensemble de la COC sous les traits de Zaretsky dans Eugene Onegin, (Eugène Onéguine), du Sénateur supérieur dans la première mondiale d’Hadrian, de Rufus Wainwright, et de Schaunard dans La Bohème. Il s’est également produit pour la première fois, aux côtés de l’Orchestre symphonique de Terre-Neuve, dans le Messie.

Joel Allison détient un baccalauréat en interprétation vocale de l’Université d’Ottawa ainsi qu’une maîtrise en interprétation lyrique de l’Université de Toronto. Il a reçu la bourse Richard Bradshaw 2016-2017, section opéra, le prix Norcop, section mélodie, et s’est vu attribuer le prix de fins d’études, Tecumseh Sherman Rogers, édition 2018, de l’Université de Toronto. Joel est un ancien élève de la Chorale des jeunes de l’Ontario, du Tafelmusik Baroque Summer Institute et du Summer Music Festival Art Song Fellowship de Toronto.

Dans le domaine des concours, Joel Allison a remporté le deuxième prix aux Trophées Christina et Louis Quillico, le deuxième prix lors des finales régionales des Grands Lacs aux auditions du Metropolitan Opera National Council, le deuxième prix du concours COC Centre Stage, et le deuxième prix du concours Brian Law Opera. Son prix Gelber lui a permis de participer, l’été dernier, au Projet des jeunes chanteurs du Festival de Salzbourg et facilitera le réseautage et les auditions en Europe, ainsi que des cours réguliers à Toronto.

Suren Barry, pianiste, Montréal

Suren Barry est bien connu du public canadien et ses concerts l’ont également amené à se produire à l’étranger. Il a donné de nombreux récitals à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, à Montréal, et a en outre été invité à se produire à la Compagnie d’opéra canadienne, à Toronto, à la George Eastman House de Rochester, État de New York, au Festival « Im Hayastan », en Arménie, et au Festival international de musique de chambre d’Ottawa.

Chambriste passionné, le pianiste joue régulièrement au sein de divers ensembles à l’occasion du Festival international de musique de chambre d’Ottawa et du Festival Pontiac Enchanté. Récemment, Suren s’est produit avec l’Ensemble de percussions McGill, dont le programme comprenait un concert au festival McCormick Marimba (à Tampa, en Floride).

Suren Barry détient un baccalauréat en musique de l’Université Carleton, une maîtrise en interprétation et en littérature pianistiques de l’École de musique Eastman; il poursuit actuellement ses études de doctorat à l’École de musique Schulich, à Montréal. Il s’est vu récemment attribuer une prestigieuse bourse de doctorat du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour ses recherches sur l’improvisation au clavier au 18e siècle. Ce projet vise à aider les pianistes à retrouver la riche tradition de la musique classique improvisée. Son prix Gelber 2019 lui permettra de poursuivre ses études à Montréal, de participer à des concours et de maintenir son intérêt pour l’improvisation de la musique classique grâce à ses propres prestations et en collaboration avec des improvisateurs réputés du Royaume-Uni et des États-Unis.

Ariane Brisson, flûtiste, Montréal

Photo : Annie Éthier

Grande Lauréate de la 28e édition du concours de l’OSTR ainsi que du Prix d’Europe 2013, en plus de se distinguer lors de la 6e édition du Concours international de flûte de Cracovie, la jeune flûtiste Ariane Brisson a réussi au Concours du conservatoire de musique de Montréal, en 2013, avec Grande Distinction, et obtenu une maîtrise en interprétation avec Mention Exceptionnelle à l’Université de Montréal. Ariane Brisson a étudié à la DePaul University de Chicago sous la direction du flûtiste Mathieu Dufour, en 2013-2014. Plus récemment, en septembre 2017, ses réflexions personnelles sur l’interprétation musicale l’ont amenée à entreprendre des études doctorales à l’Université de Montréal.

Soliste accomplie, elle se produit avec Les Violons du Roy, l’Orchestre du Conservatoire de musique de Montréal et l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, jouant ainsi les grands concertos du répertoire pour flûte. Ses activités de musicienne d’orchestre au Québec et à l’étranger lui permettent des participations remarquées, notamment aux Violons du Roy ainsi qu’à l’Orchestre symphonique de Montréal. Chambriste passionnée, Ariane Brisson fonde en 2015 avec le pianiste Olivier Hébert-Bouchard le duo Palladium qui fût sélectionné par Les Jeunesses musicales du Canada dans le cadre de la série Concerts de la relève 2017-2018.

Charmés par la fluidité et la sensibilité de son jeu et la richesse de sa sonorité, les musiciens de Pentaèdre ont invité Ariane Brisson à se joindre à l’ensemble en 2016.

Il s’agit du deuxième prix Gelber, remporté par la flûtiste, trophée qui lui permettra de poursuivre ses études en Europe avec les flûtistes Mathieu Dufour et Philippe Bernold.


Brian Cheng, violoncelliste, Ottawa

© Harald Hoffmann

Lauréat du VIe Concours international Paulo Cello, 21 ans, est salué dans le monde entier pour « sa maîtrise absolument renversante » du violoncelle (d’après La Presse, Montréal), « la beauté envoûtante de son jeu » (selon Süddeutsche Zeitung), et sa « prodigieuse facilité, sa musicalité innée et son tempérament jubilatoire » (d’après New York Concert Review). Il a effectué ses débuts en solo à l’âge de 10 ans avec l’Orchestre Orchestre de chambre I Musici de Montréal, donné son premier récital à Carnegie Hall, à 14 ans, et ses débuts en solo à la Philharmonie de l’Elbe, en 2018, aux côtés de la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême, placée sous la baguette de Joshua Weilerstein.

Au cours des dernières saisons et des saisons à venir figurent des prestations en solo avec l’Orchestre philharmonique d’Helsinki, l’Orchestre symphonique de Lahti, le Tapiola Sinfonietta; l’Orchestre symphonique du Schleswig-Holstein et l’Orchestre de chambre de Pforzheim; l’Adelphi Orchestra de New York; l’Orchestre symphonique de Springfield (Missouri), l’Orchestre du Centre national des Arts, les orchestres symphoniques de Niagara et

d’Okanogan, et l’Orchestre symphonique de la Nouvelle-Écosse, sous la direction de chefs réputés tels que Susanna Mälkki, Peter Oundjian, David Geringas, et Jonathan Darlington.

Violoncelliste du Duo ChengÇ, Bryan a publié une trilogie d’albums (sous étiquette allemande audite) encensés par la critique: Russian Legends (2019), Violonchelo del fuego (2018), et Violoncelle français (2016). Il étudie à présent à la Universität der Künste de Berlin auprès de Jens Peter Maintz, et joue sur le violoncelle Bonjour Stradivari v. 1696 avec l’archet de violoncelle Adam Shaw v 1830. Le violoncelle lui a été généreusement prêté par la Banque d’instruments du Conseil des Arts du Canada dont le concours a été remporté par Bryan Cheng lors de l’édition de 2018.

Kady Evanyshyn

Originaire de Winnipeg, Kady Evanyshyn s’est jointe à l’International Opera Studio de l’Opéra d’État de Hambourg en septembre 2019. La cantatrice, qui a pris part au Concours international de chansons Wigmore Hall/Independent Opera, se fait la championne à la fois de l’opéra classique et de la musique vocale contemporaine. Elle a récemment créé Drei Grabschriften pour mezzo-soprano et piano, de Stefano Gervasoni, et s’est produite dans Folk Songs, de Berio, avec Jeffrey Milarsky au Alice Tully Hall. Parmi les spectacles à venir, mentionnons Claire dans Cold Mountain (Première sur la côte Ouest), Glascha dans Katja Kabanova (débuts en Allemagne) et la cantate de J.S. Bach, Ich habe genug (Je suis comblé), dirigée par Simone Dinnerstein. La mezzo-soprano Evanyshyn s’est vu décerner des prix lors du Concours vocal Lieder/Song de la Fondation Gerda Lissner, ainsi que lors du Festival de musique de Winnipeg.

Au nombre de ses prestations précédentes figurent la Deuxième femme dans Didon et Énée (New York, Londres, Versailles), Frau Reich dans Die Lustigen Weiber von Windsor – Les Joyeuses commères de Windsor – (Juilliard), et Annio in La clemenza di Tito – La Clémence de Titus -(Aspen). Kady Evanyshyn est une ancienne du Festival de musique Aspen, de l’Académie de musique de l’Ouest et de l’Académie vocale du jeune artiste du Grand Opéra de Houston. Elle a obtenu son baccalauréat et sa maîtrise à l’École Juilliard, où elle a étudié avec Edith Wiens. Elle bénéficie de la bourse Novick pour la promotion de carrière, outre le prix de la Fondation Sylva-Gelber pour la musique, qu’elle utilisera pour financer ses voyages, ses leçons de chant et son apprentissage de la langue allemande et pour couvrir d’autres frais qui l’aideront à bâtir sa carrière musicale pendant son séjour en Allemagne.

Maïthéna Girault

Maïthéna Girault a remporté le premier prix du Concours de musique canadienne et s’est vu attribuer le prix du violon d’or 2017, le plus important prix de musique universitaire du Canada. Elle a triomphé dans la catégorie cordes et a obtenu le prix Québecor (le 3e prix) lors du Concours Prix d’Europe 2019. En 2015, elle a effectué ses débuts à Carnegie Hall en qualité de soliste et de chambriste. Passionnée de musique de chambre, la musicienne est l’un des membres fondateurs du Quatuor à cordes Milton, grand prix du Concours national de musique de chambre Fischoff de 2017.

 La violoniste est entrée au Conservatoire de musique de Montréal à l’âge de huit ans et a étudié auprès de Helmut Lipsky pendant dix ans. Elle a ensuite obtenu une licence en musique et un diplôme d’études supérieures en interprétation de l’Université McGill où elle a eu notamment pour professeurs Andrew Wan, Alexander Read et Axel Strauss. Maïthéna Girault joue sur un violon Ex 1858 « Comte Koucheliov » de Jean-Baptiste Vuillaume avec un archet de François Lotte, généreusement prêtés par Canimex. Il s’agit de son deuxième prix de la Fondation Sylva Gelber. Elle compte l’utiliser pour poursuivre ses études à la Manhattan School of Music auprès de Lucie Robert et continuer à s’investir dans la musique de chambre.

Xiaoyu Liu

Le pianiste Xiaoyu Liu, âgé de 22 ans, est né à Paris et a grandi à Montréal. Il se révèle comme étant l’un des pianistes les plus musicalement dynamiques et techniquement doués de sa génération, offrant des interprétations « puissantes, polies et émanant d’un esprit discipliné » (selon The Telegram).

Ses prestations l’ont amené dans le monde entier et il a donné des récitals au Canada, en Chine, aux États-Unis, au Japon, en France, en Italie, au Salvador, en Pologne, en Israël et en Suisse. En tant que soliste, il a joué avec des orchestres de renom tels que l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre Philharmonique d’Israël, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Sendai, l’Orchestre d’Israël, Camerata-Jérusalem, l’Orchestre Philharmonique de Lviv, le YOA Orchestra des Amériques, pour ne citer qu’eux.

En 2014, il a participé à une tournée en Amérique du Nord avec l’Orchestre NCPA de Chine, interprétant le Concerto en sol majeur de Ravel, et s’est aussi produit aux côtés de ce dernier au Centre national des Arts du Spectacle, à Pékin. Le National Post a comparé son interprétation à « une subtile gamme de couleurs et de sensibilités françaises ». En 2018, Il a effectué des tournées avec l’Orchestre Symphonique national d’Ukraine, en Chine, et a joué dans des salles telles que le Beijing Concert Hall, le Shanghai Oriental Arts Center et le Changsha Concert Hall.

Lauréat du Prix d’Europe et Grand Prix au Concours OSM, Xiaoyu Liu a également remporté des récompenses et des prix dans de nombreux concours internationaux de piano prestigieux, notamment ceux de Sendai, Montréal, Viseu, Grand Prix Animato à Paris, Interlaken Classics à Berne et d’Arthur Rubinstein à Tel-Aviv. Il a réalisé de nombreux enregistrements en studio avec ICI Radio-Canada comportant des œuvres de Bach, Beethoven, Chopin, Ravel et Satie. Depuis 2018, Il est récipiendaire de la bourse Sylva Gelber. Le prix de cette année lui permettra de poursuivre ses études à Montréal et de faciliter sa participation à nombre de concours internationaux.

Il a obtenu le « Prix avec Grande Distinction » au Conservatoire de Musique de Montréal avec Richard Raymond et il étudie avec Dang Thai Son à l’Université de Montréal.


Josh Lovell

Le ténor canadien, Josh Lovell, a entamé sa première saison aux côtés du Wiener Staatsoper, personnifiant Lysander dans une nouvelle production de A Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été), de Britten, Lurcanio dans Ariodante, Don Ramiro dans La Cenerentola(Cendrillon) et incarnant Ernesto dans Don Pasquale. Parmi ses autres rôles figurent Don Ramiro avec le New Generation Festival, à Florence, Gonsalve dans L’Heure espagnole avec le Wolf Trap Opera, Poisson dans Adriana Lecouvreur dans le cadre du Projet Young Singer du Salzburger Festspiele, le Requiem de Mozart avec l’Orchestre symphonique de Vancouver et le Messie d’Haendel, aux côtés de l’Orchestre symphonique de Victoria.

Josh Lovell a été membre du Lyric Opera du Patrick G. and Shirley W. Ryan Opera Center de Chicago et a suivi le programme de formation, Merola Opera, à San Francisco.

Josh Lovell est le lauréat du Grand Prix et du Prix d’Opéra 2018 du 52e Concours international annuel de chant de s-Hertogenbosch, aux Pays-Bas. Il a en outre obtenu la 2e place au Concours du Dallas Opera 2018 et remporté la 3e place au Concours de la Fondation Marcello Giordani et, en 2017, il a atteint les demi-finales des Auditions du Conseil national de l’Opéra métropolitain. Originaire de Victoria, en Colombie-Britannique, il a étudié auprès de Benjamin Butterfield à l’Université de Victoria et est diplômé de l’Université du Michigan, où il a parfait sa formation avec Stanford Olsen.  Il étudie actuellement avec Julia Faulkner. Josh Lovell utilisera son prix Gelber pour continuer ses cours de chant durant son séjour à Vienne.

Ema Nikolovska

Née en Macédoine et élevée à Toronto, Ema Nikolovska eu l’immense privilège de suivre des cours d’opéra à la fameuse Guildhall School of Music and Drama, de Londres, où elle par ailleurs obtenu une maîtrise. Figurent au nombre de ses principaux professeurs Rudolf Piernay, Susan McCulloch et Helga Tucker. Elle détient un diplôme du premier cycle en violon de l’École Glenn Gould, où elle a étudié auprès de Paul Kantor et de Barry Shiffman.

La cantatrice est une artiste de la nouvelle génération de la BBC, ainsi qu’une artiste du Young Classical Artist Trust (YCAT), organisme de bienfaisance s’intéressant à la carrière des artistes classiques émergents.  Ses prix et autres récompenses comprennent le prix Ferrier Loveday Song, le prix Oxford Lieder Young Artist Platform, le prix Guildhall Wigmore, le prix Gerald Moore Award Singers, le prix Susan Longfield, le premier prix et le prix du public lors de la remise des prix Maureen Lehane Vocal, et le deuxième prix lors du Concours international Helmut Deutsch Lied.

La mezzo-soprano fait en outre partie du programme Art of Song de Toronto, du programme Britten-Pears, de l’Académie de musique de Villecroze, des Azuriales, de l’Institut Franz-Schubert, de la Lied Akademie de Thomas Hampson, et de l’Atelier lyrique du Festival de Verbier.

Parmi ses dernières prestations, il convient de citer son premier récital au Wigmore Hall, la finale de la médaille d’or de la Guildhall, et un récital de Lieder de Schubert avec Malcolm Martineau au Pierre Boulez Saal de Berlin. Figurent parmi ses engagements à venir le Creative Dialogue XI Symposium avec Kaija Saariaho, un récital ave Joseph Middleton à Glenarm, le rôle de Celia dans La fedeltà premiata (La fidélité récompensée), de Haydn, et Sister Edgar dans The Angel Esmeralda (L’Ange Esmeralda), ainsi qu’une création de Lliam Paterson (deux productions de Guildhall).

Ema Nikolovska tient à remercier le Shipley Rudge Scholarship, le London Syndicate et le Countess of Munster Musical Trust de leur soutien. Elle profitera du prix de la Fondation Gelber pour couvrir les coûts associés à la vie et pour financer ses études à Londres.