Le prix Walter Prystawski 2021

Cameron Shahbazi, Contre-ténor
Hamilton, (Ontario)

Nous sommes ravis d’annoncer que, en plus d’avoir obtenu un prix de la Fondation Sylva Gelber en 2021, Cameron Shahbazi est le lauréat du prix Walter Prystawski de cette année.

Photo by Kirini Kopcke

Loué par De Trouw pour sa voix « pleine et volumineuse » et son timbre « personnel et magnifique », le contre-ténor canado-persan Cameron Shahbazi est de plus en plus reconnu pour ses interprétations de la musique baroque et contemporaine. Il est le lauréat du prix du Royal Opera House Covent Garden au Concours international du Belvédère 2018, du 2e prix au Innsbrucker Baroque Competition 2018 et des premiers prix du Concours Jeunes Espoirs de l’Opéra Avignon 2017.

En 2020, Le contre-ténor est retourné à l’Oper Köln pour une diffusion mondiale de Written on Skin, dirigé par François-Xavier Roth, en chantant le rôle de The Boy/Angel 1, acclamé par la critique. Il a ensuite fait la couverture de Das Opernglas et a été présenté dans le magazine Opera Canada. À l’Opéra national des Pays-Bas, Shahbazi a créé le rôle de Sergey Diaghilev dans le nouvel opéra de Willem Jeth, Ritratto, qui a été l’un des concerts d’opéra et de musique classique sélectionnés par le Guardian lors du premier verrouillage de COVID-19.

Shahbazi fera des débuts dans des rôles très attendus au cours de la saison 2021/22, en incarnant notamment Tolomeo dans Giulio Cesare in Egitto avec l’Ensemble de chambre de Moscou, le rôle-titre dans Tolomeo, re d’Egitto (Ptolémée, roi d’Égypte) au Festival international Haendel de Karlsruhe, et Oberon dans A Midsummer Night’s Dream dans une nouvelle production de Brigitte Fassbender à l’Oper Frankfurt.Shahbazi était un artiste associé du Dutch National Opera Studio, diplômé de l’Université de Toronto et du Conservatoire d’Amsterdam, et boursier de la Fondation Jacqueline Desmarais et du Fonds Staetshuys. Il est très honoré de recevoir un prix de la fondation Sylva Gelber et le prix Walter Prystawski 2021 de la fondation. . Cliquez ici pour avoir de plus amples informations sur le prix et sur Walter Prystawski

Annonce des Prix de la Fondation Sylva-Gelber 2021 !

On dit que chaque nuage contient une lueur d’espoir, et nous avons une fois de plus constaté que c’est vrai ! Pour la deuxième année consécutive, la Fondation Sylva Gelber Music a tenu ses auditions annuelles virtuellement, plutôt qu’en personne à l’Université d’Ottawa. Malgré le désavantage causé par la pandémie, le talent et l’intelligence de nos candidats ont brillé à travers la morosité de la vie placée sous confinement. Avec l’aide inestimable de notre jury, nous avons distribué 15 prix, pour un total de plus de 200 000 $.

Cette année, notre jury était composé de six musiciens de renom venus des États-Unis et du Canada : le clarinettiste James Campbell C.M. (directeur artistique du Festival of the Sound, ancien professeur de musique à l’Université de l’Indiana), le percussionniste Aiyun Huang (directeur du programme de percussion de l’Université de Toronto, directeur artistique de soundSCAPE), la soprano Rosemarie Landry, C.M. (coach et juré international, professeur de chant, Université de Montréal), le pianiste Stéphane Lemelin (professeur de piano et directeur du département d’interprétation, Schulich School of Music, Université McGill), le violoniste et altiste Barry Shiffman (doyen associé et directeur de la musique de chambre à la Glenn Gould School ; directeur de la Phil and Eli Taylor Performance Academy for Young Artists du Conservatoire royal de Toronto et directeur artistique de Rockport Music au Massachusetts), et le pianiste et chef d’orchestre William Eddins (directeur musical émérite de l’Orchestre symphonique d’Edmonton et chef invité international).

Ces artistes exceptionnels ont consacré des journées entières à l’examen des candidatures et à l’écoute de la musique enregistrée d’une cinquantaine de candidats, puis à la conduite d’entretiens avec ceux qui sont passés à l’étape finale de notre concours. Nous leur sommes immensément reconnaissants de leur dévouement au travail de la Fondation et de leur souci d’encourager la prochaine génération de jeunes musiciens canadiens prêts à s’imposer sur la scène internationale.

La liste des lauréats de cette année présente un large éventail de talents provenant de tout le Canada et d’une grande variété d’instruments, y compris la voix humaine. Ils ont été choisis non seulement pour la qualité de leurs prestations et le mérite de leurs projets, mais aussi pour leur engagement à contribuer de façon tangible et significative à l’avancement de la forme artistique. Ce sont des artistes qui jetteront des ponts vers de nouveaux publics, s’engageront dans des collaborations inspirées, exploreront des territoires inconnus et feront appel à un riche arsenal de ressources artistiques, technologiques et humaines pour atteindre de nouvelles frontières dans l’expression musicale. Nous vous présentons :

Justin Almazan, Alto
Vancouver  (Colombie-Britannique)

Finaliste du Prix du violon d’or et demi-finaliste du Prix Orford, Justin Almazan poursuit des études doctorales avec André Roy et Victor Fournelle-Blain à l’École de musique Schulich de McGill. Auparavant, l’altiste a étudié au Colburn Conservatory et au Cleveland Institute of Music avec Arnold Steinhardt, Paul Coletti, Lynne Ramsey, Jeffrey Irvine et Robert Vernon.

Le musicien a collaboré avec Kim Kashkashian, Joseph Silverstein, Raphael Rosenfeld, James Buswell, Philip Setzer (le Quatuor Emerson), ainsi qu’avec les principaux musiciens de l’Atlanta Symphony et du Los

Angeles Philharmonic. Son ensemble, le Persée Quartet, a été admis à l’Académie internationale de quatuor à cordes de McGill en tant que quatuor senior et accepté aux concours internationaux de musique de chambre Premio Paolo Borciani et Trondheim. En 2017, Justin Almazan a effectué une tournée en Italie dans le cadre de la tournée Emilia-Romagna du Milton String Quartet et en Allemagne avec l’Orchestre de l’Académie Bach Weimar.

Justin Almazan a joué avec les orchestres symphoniques de Seattle, Vancouver et Montréal et s’est produit pour des artistes tels que Pamela Frank, Peter Wiley, Maxim Rysanov, Barbara Westphal, Heidi Castleman, Lawrence Dutton et Maté Szucs. Sur le plan international, Justin a participé au New York String Orchestra Seminar, au Sarasota Music Festival, au Thy Chamber Music Festival, au Stavanger Kammermusik, au Heifetz Music Institute, au Britten-Pears Young Artists Programme et à Casalmaggiore.

Le musicien joue sur l’alto « Ex-Tibor Varga » fabriqué par Johannes Theodorus Cuypers en 1786. La Sylva Gelber Music Foundation est heureuse de contribuer à ses frais de séjour et aux dépenses liées aux concours pour l’année à venir.

Sydney Baedke, Soprano
Medicine Hat (Alberta)

Décrite comme une « étoile montante à suivre de près » par Opera Canada, la soprano Sydney Baedke a fait ses débuts comme artiste émergente au Canada, aux États-Unis et en Europe. Récemment présentée comme l’une des « 30 musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans » par la CBC, elle a

été deux fois finaliste régionale aux auditions du Metropolitan Opera National Council. Sydney a passé l’été 2021 en tant qu’apprentie chanteuse à l’Opéra de Santa Fe, où elle a interprété Tatyana et fait ses débuts de soliste dans Eugène Onéguine. Elle a également interprété Calisto (La Calisto), Donna Anna (Don Giovanni), Lauretta (Gianni Schicchi) et Johanna (Sweeney Todd).

Elle a fait ses débuts professionnels dans le rôle de Fortuna/Valletto dans la production acclamée par la critique de Tim Albery de The Coronation of Poppea à l’Opera Theatre of Saint Louis, où elle a également personnifié Gilda dans Rigoletto en tant que jeune artiste Gerdine 2019. La chanteuse a été boursière du Manitoba Opera, du Aspen Music Festival, du Toronto Summer Music Festival et du Centre for Opera Studies en Italie. Elle a été membre en 2019/2020 du Rebanks Fellowship Program du Conservatoire royal de musique de Toronto, faisant ses débuts en concert au Koerner Hall, à la Compagnie d’opéra canadienne et au Ballet national du Canada.

Dans la foulée de Covid-19, Sydney Baedke est apparue dans le rôle-titre de la production diffusée par le Brott Opera de l’opéra canadien emblématique de John Estacio, Filumena. La soprano est diplômée en musique de l’Université de Toronto et de l’Université Rice de Houston, au Texas. Elle est immensément reconnaissante du soutien de la Fondation Sylva Gelber pour la musique, qui l’aide à poursuivre des leçons, des coachings et des activités de développement de carrière à Berlin et ailleurs en 2021-2022.

Aaron Chan, Violon
Richmond Hill, (Ontario)

Le violoniste Aaron Chan a attiré l’attention du public lorsqu’il a remporté le Concours du Violon d’oren 2019- il s’est depuis imposé comme l’un des jeunes artistes les plus recherchés de sa génération.  En tant que soliste et chambriste, Chan a fréquemment participé à des concours et des festivals, comme le programme de solistes et de musique de chambre de la Verbier Festival Academy, le concours Fischoff, l’Aspen Music Festival and School, ENCORE Chamber Music, pour ne citer qu’eux.

Aaron Chan a obtenu son baccalauréat musique avec Stephen Rose et Jinjoo Cho au Cleveland Institute of Music et à la Schulich School of Music de l’Université

McGill, où il a également fait une concentration en histoire de la musique. Le musicien poursuit actuellement sa maîtrise avec Paul Kantor à la Shepherd School of Music de l’Université Rice.

Né au Canada, Aaron Chan a grandi à Hong Kong, où il s’est établi en tant que violoniste et altiste. Il a joué pour des musiciens lors d’ateliers de maître, notamment Boris Kushnir, Augustin Hadelich, Mihaela Martin, Paul Kantor, Phillip Setzer, Roberto Díaz et Guillaume Sutre. En tant que chambriste, Chan a travaillé avec d’éminentes personnalités de la musique de chambre telles que le Quatuor Artemis, le Quatuor Ébène, le Quatuor Takács, le Quatuor Alban Berg, etc. La Fondation Gelber est heureuse de soutenir à nouveau Aaron en 2021-22, cette fois en contribuant à ses frais de subsistance et de développement de carrière pendant son séjour à l’Université Rice.

Adanya Dunn, mezzo-soprano
Toronto, (Ontario)

La mezzo-soprano canado-bulgare Adanya Dunn (elle) fait ses débuts américains dans le rôle d’Hermia dans A Midsummer Night’s Dream de Britten (Le Songe d’une nuit d’été) avec le Santa Fe Opera à l’été 2021. Adanya Dunn est une ancienne élève de l’Université de Toronto, du Bard College Conservatory et du Conservatoire d’Amsterdam.

Ses principales prestations sont les suivantes : Dorabella (Così fan tutte), Sesto (La clemenza di Tito), Sequenza III de Berio, et des concerts au Muziekgebouw, Het Concertgebouw et à l’Opéra national néerlandais d’Amsterdam.

Adanya Dunn a reçu en 2021 un prix de la Fondation Sylva Gelber pour la musique afin de l’aider à payer ses cours et ses frais de développement de carrière. En outre, elle a été lauréate de la bourse pour artistes en développement de la Fondation Hnatyshyn en 2020, lauréate du district du Michigan MONC 2020, et trois fois boursière du Conseil des Arts du Canada.

En août 2020, la cantatrice a fondé Red Light Arts & Culture à Amsterdam, une fondation à but non lucratif qui met en relation des entrepreneurs locaux, des musiciens et des artistes professionnels, ainsi que des lieux spécifiques, afin de promouvoir et d’ajouter à la riche diversité culturelle du Red Light District. Pour ce projet, elle a remporté le prix Alumni Enterprise Award de la Music Academy of the West et collabore actuellement avec d’autres artistes interdisciplinaires qui font également partie de la communauté LGBTQAI+ afin d’introduire ces histoires et ces voix dans les expériences de musique classique de manière novatrice. En avril 2022, Adanya Dunn chantera le Requiem de Mozart avec l’Orchestre philharmonique de Radio France à Paris et Aix-en-Provence, sous la direction de Barbara Hannigan.

Maryse Legault, clarinette historique
Montréal (Québec)

En juin 2017, Maryse Legault a obtenu sa maîtrise au Koninklijk Conservatorium Den Haag, se spécialisant en interprétation de clarinette historique dans le studio d’Eric Hoeprich. Durant ses études aux Pays-Bas, La musicienne a eu l’occasion de se produire avec de nombreux ensembles, dont The Orchestra of the 18th Century, sous la direction de John Butt, et

musicAeterna, sous la direction de Teodor Currentzis. Première diplômée du Québec dans le domaine des clarinettes historiques, Maryse Legault concentre ses recherches sur le phénomène des virtuoses au tournant du 19e siècle. Elle a écrit la première biographie complète du clarinettiste international du XVIIIe siècle Josef Beer (1744-1812) et poursuit actuellement un doctorat en musicologie à l’Université McGill. Elle a présenté ses recherches en tant que conférencière invitée à l’Université d’Oxford, lors de la conférence 2017« Transforming 19th-century Performance Practice. » (Renouveler les pratiques d’exécution du 19e siècle)

Maryse Legault est lauréate d’une bourse d’été Early Music America et a bénéficié, entre 2016 et 2021, du soutien des Jeunesses Musicales Canada. Elle a également reçu la bourse de la Schulich School of Music lors de son acceptation au programme de doctorat et bénéficie du soutien du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. La musicienne a reçu la bourse de recherche Joseph-Armand Bombardier du Conseil de recherches en sciences humaines. La Fondation Gelber est heureuse de soutenir l’étude à multiples facettes de Maryse sur le virtuose allemand de la clarinette Heinrich Baermann.

Daniel Hass, violoncelle
Toronto, (Ontario)

Le violoncelliste israélo-canadien Daniel Hass est le lauréat du premier prix du Concours international de cordes Stulberg 2016, le lauréat du prix Michael Measures 2016 du Conseil des Arts du Canada, le lauréat du Concours de concerto pour violoncelle Juilliard 2019, et maintenant le lauréat d’un prix de la Fondation musicale Sylva Gelber 2021. La Fondation est heureuse de financer ses dépenses liées aux concours et au développement de sa carrière au cours de l’année à venir.

Daniel Hass a fait ses débuts de soliste avec l’Orchestre symphonique de Toronto à l’âge de 15 ans. Depuis, il s’est produit en tant

que soliste avec des orchestres à travers les États-Unis et le Canada, dans des salles de renommée mondiale telles que le Alice Tully Hall, Carnegie Hall, le Koerner Hall, le Roy Thompson Hall et le Bing Concert Hall. En qualité de récitaliste et de chambriste, Daniel s’est produit à Amsterdam, Lisbonne, Tel Aviv, Budapest, Montréal, ainsi qu’aux États-Unis et au Canada.

En plus de sa passion pour la scène, le violoncelliste est également un compositeur prolifique. Sa pièce de ballet Runner’s High pour batterie, violoncelle, violon et ensemble de danse a été créée par le Revolve Dance Project en juillet 2021, et son Quatuor avec piano n° 1 sera joué et enregistré l’automne prochain.

Daniel Hass est un ancien élève du programme de musique Perlman. Il a obtenu son diplôme à Juilliard en 2017 en tant que bénéficiaire de la bourse Kovner et a poursuivi ses études sous la direction de Timothy Eddy et Joel Krosnick, obtenant un master en 2021.

Cole Knutson, piano collaboratif
North Battleford, Saskatchewan

Le pianiste canadien Cole Knutson, âgé de 24 ans, a étudié le piano avec Jaya Hoy en Saskatchewan (Canada) et, avec l’aide de la Fondation Sylva Gelber pour la musique, il poursuit actuellement des études de doctorat en musique au Royal College of Music de Londres. Il vient d’être diplômé du Artist Masters Programme in Piano Accompaniment avec une bourse complète à la Guildhall School of Music & Drama, sous la tutelle de Julius Drake et Eugene Asti. Cole a également obtenu un baccalauréat en saxophone classique au Canada avec le professeur Allen Harrington.

Le musicien s’est produit à la CBC, à la BBC, au Centre national des Arts et en récital dans toute l’Amérique du Nord et en Europe. Il a été le lauréat du Prix de la chanson anglaise 2020 à la Guildhall School of Music & Drama, lauréat de la Plateforme Oxford Lieder pour jeunes artistes en 2020, est un jeune artiste Oxford Lieder et lauréat de la bourse HWE et WL Tovery. En 2017, Cole Knutson a reçu le deuxième prix du Festival national de musique, organisé par la Fédération des festivals de musique du Canada, après ses débuts à Carnegie Hall à l’âge de vingt ans. Il est également lauréat des éditions 2017 et 2018 du Franz-Schubert-Institut à Baden bei Wien, en Autriche. Parmi ses engagements récents et à venir, il participe à la prestigieuse Song Guild de Graham Johnson, à des récitals de pré-concert au Barbican, à des représentations au Milton Court Concert Hall, au St. John’s Smith Square, au LSO St. Luke’s et au Oxford Lieder Fall festival avec Harriet Burns, Katy Hamilton et Helen Scales. 

Cole Knutson est reconnaissant envers la Nation métisse de la Saskatchewan et l’Institut Gabriel Dumont pour leur soutien.

William Leathers, Trompette
Mississauga, (Ontario)

Né à Mississauga et résidant actuellement à New York, William Leathers, 20 ans, est un trompettiste primé. Remarqué pour « la clarté étincelante » de ses solos de trompette, Leathers s’est produit avec plusieurs orchestres, notamment l’Orchestre symphonique de Mississauga, l’Orchestre symphonique de Toronto, l’orchestre combiné de la Royal Academy et de la Juilliard, dans lequel il a s’est produit en qualité de trompette solo au Royal Albert Hall en 2019, et l’Orchestre de la Juilliard à Carnegie Hall en 2020, où il a joué à titre de trompette solo dans la 5e

Symphonie de Mahler. Il a également été trompette suppléant dans l’American Brass Quintet.

Né à Mississauga et résidant actuellement à New York, William Leathers, 20 ans, est un trompettiste primé. Remarqué pour « la clarté étincelante » de ses solos de trompette, Leathers s’est produit avec plusieurs orchestres, notamment l’Orchestre symphonique de Mississauga, l’Orchestre symphonique de Toronto, l’orchestre combiné de la Royal Academy et de la Juilliard, dans lequel il a s’est produit en qualité de trompette solo au Royal Albert Hall en 2019, et l’Orchestre de la Juilliard à Carnegie Hall en 2020, où il a joué à titre de trompette solo dans la 5e Symphonie de Mahler. Il a également été trompette suppléant dans l’American Brass Quintet.

Le trompettiste s’est produit dans tout le Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans les Caraïbes, remportant au passage des prix et des récompenses. Il est artiste de Bach Brass, premier lauréat du Fendi Vanguard Award, et maintenant lauréat de la Fondation Sylva Gelber pour la musique. La Fondation l’aide à poursuivre des études approfondies en jazz. Il entame la dernière année de ses études de premier cycle à Juilliard et a récemment été admis dans leur programme accéléré BM/MM. William Leathers est le digne bénéficiaire d’une bourse Kovner à la Juilliard School.

Byungchan Lee, Violon
Coquitlam (Colombie-Britannique)

Byungchan Lee a attiré l’attention internationale en tant que lauréat de la première édition du Concours international de violon Yuri Yankelevitch en 2009 et a fait partie des « 30 meilleurs musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans » de CBC en 2017.

Il s’est produit en tant que soliste avec les orchestres symphoniques de McGill et de Vancouver, a participé à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver et a joué aux côtés de Stevie Wonder à Montréal. Ses engagements l’ont amené à se produire dans la plupart des grandes salles du Canada et dans des lieux prestigieux du monde entier, notamment les salles Alice Tully, Carnegie et David Geffen, le Helsinki Music Center et le Berwaldhallen de Stockholm. Il a donné des premières au Summergarden du MoMA, au Focus ! Festival, et au New York Choreographic Institute.

Pendant ses études de premier cycle à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, Byungchan Lee a remporté le très convoité Prix du violon d’or. Après avoir obtenu sa maîtrise à la Juilliard School, il a reçu la Benzaquen Career Advancement Grant pour son mérite artistique et son leadership. Il est un ancien élève du Rebanks Family Fellowship Program (Programme de bourses de la famille Rebanks) du Conservatoire royal de musique de Toronto.

Byungchan joue sur un violon et un archet Jean-Baptiste Vuillaume de 1869, prêtés par la Banque d’instruments de musique du Conseil des Arts du Canada, et remercie la Fondation Sylva Gelber pour la musique, qui l’aide cette année à se préparer aux grands concours internationaux de violon.

Jonathan Mak, Piano
Toronto, (Ontario)

Le pianiste Jonathan Mak, né à Toronto, a fait ses débuts de soliste à l’âge de quatre ans avec l’orchestre Canadien Sinfonietta.

Le pianiste a récemment obtenu sa maîtrise et poursuit actuellement son MMA à la Yale School of Music avec Boris Slutsky. Il a obtenu son baccalauréat de musique à l’Institut de musique de Cleveland avec Daniel Shapiro (titulaire d’un doctorat). En plus du piano, Jonathan a également obtenu un diplôme d’alto mineur de l’Institut de musique de Cleveland avec Lisa Boyko, et un diplôme avec concentration en allemand de Case Western. En dehors de la musique, il aime faire du patin à glace et est un aficionado du café.

Jonathan Mak est fier d’être le lauréat du prix 2021 de la Fondation Sylva Gelber pour la musique, qui l’aide à payer ses frais de déplacement et de subsistance au cours de l’année à venir, alors qu’il termine ses études à Yale, poursuit un diplôme d’artiste à la l’École Glenn Gould de Toronto et participe à divers concours.

Emma Meinrenken, Violon
Toronto, (Ontario)

Emma Meinrenken, 22 ans, est boursière annuelle de la Dorothy Richard Starling Foundation à l’Institut de musique Curtis de Philadelphie, où elle étudie actuellement avec Ida Kavafian.

La violoniste a remporté de nombreux prix et récompenses de premier plan, notamment la 1ère place au Concours international de violon Stradivarius et la médaille d’argent au Concours international de cordes Stulberg.  Elle a été la lauréate 2019 du Prix Ravel aux Écoles d’art américaines de Fontainebleau. En outre, Elle Meinrenken a été sélectionnée pour participer à de nombreux festivals de musique d’été, notamment le Festival Menuhin de Gstaad et

l’Académie du Festival de Verbier en Suisse, et elle est souvent en vedette au Festival de musique de Niagara. La violoniste a remporté de nombreux prix et récompenses de premier plan, notamment la 1ère place au Concours international de violon Stradivarius et la médaille d’argent au Concours international de cordes Stulberg.  Elle a été la lauréate 2019 du Prix Ravel aux Écoles d’art américaines de Fontainebleau. En outre, Elle Meinrenken a été sélectionnée pour participer à de nombreux festivals de musique d’été, notamment le Festival Menuhin de Gstaad et l’Académie du Festival de Verbier en Suisse, et elle est souvent en vedette au Festival de musique de Niagara.

La musicienne a fait ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Toronto à l’âge de 10 ans, et s’est depuis produite en tant que soliste avec de nombreux autres orchestres en Amérique du Nord. Elle a également collaboré avec plusieurs compositeurs, participant aux premières de nombreuses nouvelles pièces pour violon, y compris la première à New York d’une œuvre pour violon et guitare de Fred Lerdahl à Carnegie Hall. Emma Meinrenken joue sur le violon Stradivarius Baumgartner de 1689, généreusement prêté par le Conseil des Arts du Canada. Sa bourse de la Fondation Sylva Gelber pour la musique lui permet de couvrir ses frais de subsistance et les dépenses liées aux concours dans l’année à venir.

Christian Paquette, Flûte
Ottawa, (Ontario)

Le flûtiste canadien Christian Paquette est la nouvelle flûte solo de l’Orchestre symphonique de York et, avec le soutien de la Fondation Sylva Gelber, il suit actuellement le programme de doctorat du Peabody Institute de l’Université Johns Hopkins sous la tutelle de Marina Piccinini.

Il a également travaillé dans le domaine de la réparation des flûtes avec Adam Workman, fondateur de Flutistry Boston. Le flûtiste s’est souvent produit dans sa ville natale avec l’Orchestre symphonique d’Ottawa, l’Orchestre du Centre national des Arts et le Thirteen Strings Ensemble.

Le flûtiste s’est produit dans le cadre de la série de concerts de Shriver Hall, du festival Music and Beyond, de récitals à la Quatrième Salle du Centre national des Arts, de concerts avec l’Orchestre symphonique Peabody (Nielsen) sous la direction de Miguel Harth-Bedoya, de l’Orchestre symphonique de l’Université d’Ottawa (Ibert et Nielsen) et de l’Orchestre de chambre d’Ottawa (Rodrigo). Il attend avec impatience son interprétation du Concerto pour flûte de Reinecke avec l’Orchestre symphonique de Farnborough en Angleterre, plus tard en 2022. Il est lauréat de nombreux concours, notamment le concours de concerto de la MPIMC (Marina Piccinini International Master Classes), le premier prix du Yale Gordon Competition, le Concours de musique du Canada, le Festival national de musique, le Concours de la bourse de l’OCNA, et bien d’autres.  Parmi ses anciens professeurs figurent Paula Robison, Denis Bluteau et Camille Churchfield.

Christian Paquette est extrêmement reconnaissant envers la Fondation Sylva Gelber pour la musique qui l’a généreusement aidé dans ses études de doctorat au Peabody Institute.

Élisabeth Pion, Piano
Ste Hyacinthe (Québec)

Curieuse et novatrice, la pianiste Élisabeth Pion est une soliste, chambriste et collaboratrice exceptionnelle sur la scène culturelle canadienne et internationale. Elle termine actuellement son diplôme d’artiste avec Ronan O’Hora à la Guildhall School of Music & Drama de Londres, où elle bénéficie d’une bourse complète depuis 2018. Avant de s’installer à Londres, elle a étudié avec Francine Lacroix, Suzanne Goyette et André Laplante.

La musicienne est passionnée par la musique de chambre et est membre fondatrice du De Beauvoir Piano Trio. Elle s’intéresse également à l’interprétation sur le pianoforte et a récemment été invitée à se produire en tant que soliste avec l’Arion Baroque Orchestra. En outre, elle occupe la fonction de codirectrice artistique du Festival Unisson.

En 2018, Elisabeth Pion a été désignée comme faisant partie des « 30 meilleures musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans » par la CBC. Elle a fait ses débuts sur BBC Radio 3 en 2019 et, en juillet 2021, a donné son premier récital au Wigmore Hall.

Élisabeth est reconnaissante du soutien de la Guildhall School of Music and Drama, des Jeunesses Musicales Canada, de Help Musicians UK et de Talent Unlimited UK, ainsi que de la bourse Carnwath de la Worshipful Company of Musicians du Royaume-Uni. Elle est également reconnaissante envers la Fondation Sylva Gelber qui l’aide à poursuivre sa présence et ses activités à Londres pendant qu’elle termine son diplôme d’artiste.

Cameron Shahbazi, Contre-ténor
Hamilton, (Ontario)

Gagnant du prix Walter-Prystawski de 2021


Pour en savoir plus . . .

Gabriel Trottier, Cor
Montréal (Québec)

Gabriel Trottier interprète un large éventail de répertoires, de la période baroque à la musique de notre époque, sur des cors modernes et historiques. Il organise également des concerts et développe des projets interdisciplinaires intégrant d’autres formes d’art. Son travail a été soutenu, entre autres, par le Conseil des Arts du Canada, le Conseil des Arts et des Lettres du Québec et la Fondation Sylva-Gelber pour la musique, qui contribue à sa participation à des concours internationaux et à des initiatives créatives. Il a travaillé avec des ensembles tels que le Nouvel Ensemble Moderne (Montréal), l’Oslo Sinfonietta, le quintette à vent Le Concert Impromptu

(Paris) et plusieurs orchestres québécois.

Diplômé de l’Académie de musique de Norvège (MMus en 2016) et de l’Université de Montréal (DMus en 2021), Gabriel a étudié avec Frøydis Ree Wekre, Julius Pranevicius, Saar Berger et Louis-Philippe Marsolais. Spécialisé dans l’interprétation de la musique contemporaine, il a été boursier de l’International Ensemble Modern Academy en Allemagne (MMus en 2018) et il est un ancien élève de la Lucerne Festival Academy. Il s’intéresse également à l’enseignement, à l’improvisation et à l’électronique en direct.

Voici les lauréats du prix 2019!

Mis en avant

Kevin Ahfat, pianiste, Toronto

Interprète « à la grande finesse technique, dont les prestations ne cessent d’enthousiasmer » (selon Seattle Times), le pianiste canadien est « prêt à devenir l’un des jeunes héritiers du royaume du piano classique, avec un style millénaire, audacieux, repoussant ses limites. Et à tout cela s’ajoute une exécution sublime (d’après Vanguard Seattle), « il dégage une formidable puissance dans les grands moments, mais il attache clairement plus de prix à la musicalité plutôt qu’à la simple virtuosité » (selon American Record Guide).

En 2018, Kevin a été nommé, par Radio-Canada, l’un des 30 meilleurs musiciens classiques âgés de moins de 30 ans; il a par la suite publié en direct un enregistrement des œuvres de Brahms depuis le Studio 211 de Radio-Canada. La même année, le musicien a interprété avec une grande ferveur la première nord-américaine de la Troisième sonate pour violoncelle et piano (récemment publiée) de Camille Saint-Saëns. En prévision, il a filmé et produit un mini-documentaire intitulé Soirée pour Camille, un court métrage retraçant le contexte historique de l’œuvre, son partenariat artistique ave la violoncelliste Juliette Herlin, et leur exploration de la musique française. Poursuivant son exploration dynamique de la musique et du cinéma, il s’est récemment associé avec Riddle Films pour projeter à l’écran Tableaux d’une exposition, de Moussorgski, filmé en direct au Koerner de Toronto.

Parmi les événements marquants des dernières saisons figurent son retour au sein de l’Orchestre symphonique de Seattle, pour son tout premier Festival de concertos de Chostakovitch, son apparition dans le cadre de la série Dame Myra Hess, à Chicago, et sa toute première classe de maître et son récital lors de la Masterclass Series de Las Vegas. Ahfat a eu le privilège de partager la scène avec des artistes renommés dans différents genres, dont Jean-Yves Thibaudet, So Percussion, David Finckel, Joshua Roman, et Joaquin Valdepeñas. Il a noué un nouveau partenariat avec le chorégraphe Richard Alston et Juilliard Dance dans leur reconstitution de Sheer Bravado (2006) d’Alston. Il s’est en outre produit avec l’ARC Ensemble, le Amici Chamber Ensemble, et le Art of Time Ensemble dans toute l’Amérique du Nord.

Kevin Ahfat a terminé ses études principales à l’École Juilliard de New York auprès de Joseph Kalichstein et de Stephen Hough et a passé l’an dernier à titre de boursier Rebanks au Conservatoire royal de Toronto. Au cours de la prochaine année, il mettra à profit son prix de la Fondation Sylva Gelber pour poursuivre ses études auprès d’éminents professeurs, se préparer pour d’importants concours internationaux et parfaire ses compétences en cinéma et autres médias visuels afin que le public apprécie et appréhende mieux la musique classique.

Joel Allison, baryton-basse, Toronto

Le baryton-basse Joel Allison a été loué pour sa « voix à la fois colorée et sonore » (d’après Ludwig von Toronto).  Il s’est produit au Canada et en Europe avec la Compagnie d’opéra canadienne, le Saskatoon Opera, l’Orchestre symphonique de Saskatoon, l’Orchestre baroque le Tafelmusik Baroque Orchestra and Chamber Choir, le Tilford Bach Festival, et l’Orchestre symphonique de Terre-Neuve.

Au cours de la saison 2019-2020, le chanteur a tenu le rôle du Mandarin dans Turandot et celui de Fiorello dans Il Barbiere di Siviglia (Le Barbier de Séville) avec la Compagnie d’opéra canadienne au Studio Ensemble; il a aussi fait ses débuts aux côtés de l’Orchestre symphonique de Nouvelle-Écosse. La saison dernière, il effectué ses débuts avec le Studio Ensemble de la COC sous les traits de Zaretsky dans Eugene Onegin, (Eugène Onéguine), du Sénateur supérieur dans la première mondiale d’Hadrian, de Rufus Wainwright, et de Schaunard dans La Bohème. Il s’est également produit pour la première fois, aux côtés de l’Orchestre symphonique de Terre-Neuve, dans le Messie.

Joel Allison détient un baccalauréat en interprétation vocale de l’Université d’Ottawa ainsi qu’une maîtrise en interprétation lyrique de l’Université de Toronto. Il a reçu la bourse Richard Bradshaw 2016-2017, section opéra, le prix Norcop, section mélodie, et s’est vu attribuer le prix de fins d’études, Tecumseh Sherman Rogers, édition 2018, de l’Université de Toronto. Joel est un ancien élève de la Chorale des jeunes de l’Ontario, du Tafelmusik Baroque Summer Institute et du Summer Music Festival Art Song Fellowship de Toronto.

Dans le domaine des concours, Joel Allison a remporté le deuxième prix aux Trophées Christina et Louis Quillico, le deuxième prix lors des finales régionales des Grands Lacs aux auditions du Metropolitan Opera National Council, le deuxième prix du concours COC Centre Stage, et le deuxième prix du concours Brian Law Opera. Son prix Gelber lui a permis de participer, l’été dernier, au Projet des jeunes chanteurs du Festival de Salzbourg et facilitera le réseautage et les auditions en Europe, ainsi que des cours réguliers à Toronto.

Suren Barry, pianiste, Montréal

Suren Barry est bien connu du public canadien et ses concerts l’ont également amené à se produire à l’étranger. Il a donné de nombreux récitals à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, à Montréal, et a en outre été invité à se produire à la Compagnie d’opéra canadienne, à Toronto, à la George Eastman House de Rochester, État de New York, au Festival « Im Hayastan », en Arménie, et au Festival international de musique de chambre d’Ottawa.

Chambriste passionné, le pianiste joue régulièrement au sein de divers ensembles à l’occasion du Festival international de musique de chambre d’Ottawa et du Festival Pontiac Enchanté. Récemment, Suren s’est produit avec l’Ensemble de percussions McGill, dont le programme comprenait un concert au festival McCormick Marimba (à Tampa, en Floride).

Suren Barry détient un baccalauréat en musique de l’Université Carleton, une maîtrise en interprétation et en littérature pianistiques de l’École de musique Eastman; il poursuit actuellement ses études de doctorat à l’École de musique Schulich, à Montréal. Il s’est vu récemment attribuer une prestigieuse bourse de doctorat du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour ses recherches sur l’improvisation au clavier au 18e siècle. Ce projet vise à aider les pianistes à retrouver la riche tradition de la musique classique improvisée. Son prix Gelber 2019 lui permettra de poursuivre ses études à Montréal, de participer à des concours et de maintenir son intérêt pour l’improvisation de la musique classique grâce à ses propres prestations et en collaboration avec des improvisateurs réputés du Royaume-Uni et des États-Unis.

Ariane Brisson, flûtiste, Montréal

Photo : Annie Éthier

Grande Lauréate de la 28e édition du concours de l’OSTR ainsi que du Prix d’Europe 2013, en plus de se distinguer lors de la 6e édition du Concours international de flûte de Cracovie, la jeune flûtiste Ariane Brisson a réussi au Concours du conservatoire de musique de Montréal, en 2013, avec Grande Distinction, et obtenu une maîtrise en interprétation avec Mention Exceptionnelle à l’Université de Montréal. Ariane Brisson a étudié à la DePaul University de Chicago sous la direction du flûtiste Mathieu Dufour, en 2013-2014. Plus récemment, en septembre 2017, ses réflexions personnelles sur l’interprétation musicale l’ont amenée à entreprendre des études doctorales à l’Université de Montréal.

Soliste accomplie, elle se produit avec Les Violons du Roy, l’Orchestre du Conservatoire de musique de Montréal et l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, jouant ainsi les grands concertos du répertoire pour flûte. Ses activités de musicienne d’orchestre au Québec et à l’étranger lui permettent des participations remarquées, notamment aux Violons du Roy ainsi qu’à l’Orchestre symphonique de Montréal. Chambriste passionnée, Ariane Brisson fonde en 2015 avec le pianiste Olivier Hébert-Bouchard le duo Palladium qui fût sélectionné par Les Jeunesses musicales du Canada dans le cadre de la série Concerts de la relève 2017-2018.

Charmés par la fluidité et la sensibilité de son jeu et la richesse de sa sonorité, les musiciens de Pentaèdre ont invité Ariane Brisson à se joindre à l’ensemble en 2016.

Il s’agit du deuxième prix Gelber, remporté par la flûtiste, trophée qui lui permettra de poursuivre ses études en Europe avec les flûtistes Mathieu Dufour et Philippe Bernold.


Brian Cheng, violoncelliste, Ottawa

© Harald Hoffmann

Lauréat du VIe Concours international Paulo Cello, 21 ans, est salué dans le monde entier pour « sa maîtrise absolument renversante » du violoncelle (d’après La Presse, Montréal), « la beauté envoûtante de son jeu » (selon Süddeutsche Zeitung), et sa « prodigieuse facilité, sa musicalité innée et son tempérament jubilatoire » (d’après New York Concert Review). Il a effectué ses débuts en solo à l’âge de 10 ans avec l’Orchestre Orchestre de chambre I Musici de Montréal, donné son premier récital à Carnegie Hall, à 14 ans, et ses débuts en solo à la Philharmonie de l’Elbe, en 2018, aux côtés de la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême, placée sous la baguette de Joshua Weilerstein.

Au cours des dernières saisons et des saisons à venir figurent des prestations en solo avec l’Orchestre philharmonique d’Helsinki, l’Orchestre symphonique de Lahti, le Tapiola Sinfonietta; l’Orchestre symphonique du Schleswig-Holstein et l’Orchestre de chambre de Pforzheim; l’Adelphi Orchestra de New York; l’Orchestre symphonique de Springfield (Missouri), l’Orchestre du Centre national des Arts, les orchestres symphoniques de Niagara et

d’Okanogan, et l’Orchestre symphonique de la Nouvelle-Écosse, sous la direction de chefs réputés tels que Susanna Mälkki, Peter Oundjian, David Geringas, et Jonathan Darlington.

Violoncelliste du Duo ChengÇ, Bryan a publié une trilogie d’albums (sous étiquette allemande audite) encensés par la critique: Russian Legends (2019), Violonchelo del fuego (2018), et Violoncelle français (2016). Il étudie à présent à la Universität der Künste de Berlin auprès de Jens Peter Maintz, et joue sur le violoncelle Bonjour Stradivari v. 1696 avec l’archet de violoncelle Adam Shaw v 1830. Le violoncelle lui a été généreusement prêté par la Banque d’instruments du Conseil des Arts du Canada dont le concours a été remporté par Bryan Cheng lors de l’édition de 2018.

Kady Evanyshyn

Originaire de Winnipeg, Kady Evanyshyn s’est jointe à l’International Opera Studio de l’Opéra d’État de Hambourg en septembre 2019. La cantatrice, qui a pris part au Concours international de chansons Wigmore Hall/Independent Opera, se fait la championne à la fois de l’opéra classique et de la musique vocale contemporaine. Elle a récemment créé Drei Grabschriften pour mezzo-soprano et piano, de Stefano Gervasoni, et s’est produite dans Folk Songs, de Berio, avec Jeffrey Milarsky au Alice Tully Hall. Parmi les spectacles à venir, mentionnons Claire dans Cold Mountain (Première sur la côte Ouest), Glascha dans Katja Kabanova (débuts en Allemagne) et la cantate de J.S. Bach, Ich habe genug (Je suis comblé), dirigée par Simone Dinnerstein. La mezzo-soprano Evanyshyn s’est vu décerner des prix lors du Concours vocal Lieder/Song de la Fondation Gerda Lissner, ainsi que lors du Festival de musique de Winnipeg.

Au nombre de ses prestations précédentes figurent la Deuxième femme dans Didon et Énée (New York, Londres, Versailles), Frau Reich dans Die Lustigen Weiber von Windsor – Les Joyeuses commères de Windsor – (Juilliard), et Annio in La clemenza di Tito – La Clémence de Titus -(Aspen). Kady Evanyshyn est une ancienne du Festival de musique Aspen, de l’Académie de musique de l’Ouest et de l’Académie vocale du jeune artiste du Grand Opéra de Houston. Elle a obtenu son baccalauréat et sa maîtrise à l’École Juilliard, où elle a étudié avec Edith Wiens. Elle bénéficie de la bourse Novick pour la promotion de carrière, outre le prix de la Fondation Sylva-Gelber pour la musique, qu’elle utilisera pour financer ses voyages, ses leçons de chant et son apprentissage de la langue allemande et pour couvrir d’autres frais qui l’aideront à bâtir sa carrière musicale pendant son séjour en Allemagne.

Maïthéna Girault

Maïthéna Girault a remporté le premier prix du Concours de musique canadienne et s’est vu attribuer le prix du violon d’or 2017, le plus important prix de musique universitaire du Canada. Elle a triomphé dans la catégorie cordes et a obtenu le prix Québecor (le 3e prix) lors du Concours Prix d’Europe 2019. En 2015, elle a effectué ses débuts à Carnegie Hall en qualité de soliste et de chambriste. Passionnée de musique de chambre, la musicienne est l’un des membres fondateurs du Quatuor à cordes Milton, grand prix du Concours national de musique de chambre Fischoff de 2017.

 La violoniste est entrée au Conservatoire de musique de Montréal à l’âge de huit ans et a étudié auprès de Helmut Lipsky pendant dix ans. Elle a ensuite obtenu une licence en musique et un diplôme d’études supérieures en interprétation de l’Université McGill où elle a eu notamment pour professeurs Andrew Wan, Alexander Read et Axel Strauss. Maïthéna Girault joue sur un violon Ex 1858 « Comte Koucheliov » de Jean-Baptiste Vuillaume avec un archet de François Lotte, généreusement prêtés par Canimex. Il s’agit de son deuxième prix de la Fondation Sylva Gelber. Elle compte l’utiliser pour poursuivre ses études à la Manhattan School of Music auprès de Lucie Robert et continuer à s’investir dans la musique de chambre.

Xiaoyu Liu

Le pianiste Xiaoyu Liu, âgé de 22 ans, est né à Paris et a grandi à Montréal. Il se révèle comme étant l’un des pianistes les plus musicalement dynamiques et techniquement doués de sa génération, offrant des interprétations « puissantes, polies et émanant d’un esprit discipliné » (selon The Telegram).

Ses prestations l’ont amené dans le monde entier et il a donné des récitals au Canada, en Chine, aux États-Unis, au Japon, en France, en Italie, au Salvador, en Pologne, en Israël et en Suisse. En tant que soliste, il a joué avec des orchestres de renom tels que l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre Philharmonique d’Israël, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Sendai, l’Orchestre d’Israël, Camerata-Jérusalem, l’Orchestre Philharmonique de Lviv, le YOA Orchestra des Amériques, pour ne citer qu’eux.

En 2014, il a participé à une tournée en Amérique du Nord avec l’Orchestre NCPA de Chine, interprétant le Concerto en sol majeur de Ravel, et s’est aussi produit aux côtés de ce dernier au Centre national des Arts du Spectacle, à Pékin. Le National Post a comparé son interprétation à « une subtile gamme de couleurs et de sensibilités françaises ». En 2018, Il a effectué des tournées avec l’Orchestre Symphonique national d’Ukraine, en Chine, et a joué dans des salles telles que le Beijing Concert Hall, le Shanghai Oriental Arts Center et le Changsha Concert Hall.

Lauréat du Prix d’Europe et Grand Prix au Concours OSM, Xiaoyu Liu a également remporté des récompenses et des prix dans de nombreux concours internationaux de piano prestigieux, notamment ceux de Sendai, Montréal, Viseu, Grand Prix Animato à Paris, Interlaken Classics à Berne et d’Arthur Rubinstein à Tel-Aviv. Il a réalisé de nombreux enregistrements en studio avec ICI Radio-Canada comportant des œuvres de Bach, Beethoven, Chopin, Ravel et Satie. Depuis 2018, Il est récipiendaire de la bourse Sylva Gelber. Le prix de cette année lui permettra de poursuivre ses études à Montréal et de faciliter sa participation à nombre de concours internationaux.

Il a obtenu le « Prix avec Grande Distinction » au Conservatoire de Musique de Montréal avec Richard Raymond et il étudie avec Dang Thai Son à l’Université de Montréal.


Josh Lovell

Le ténor canadien, Josh Lovell, a entamé sa première saison aux côtés du Wiener Staatsoper, personnifiant Lysander dans une nouvelle production de A Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été), de Britten, Lurcanio dans Ariodante, Don Ramiro dans La Cenerentola(Cendrillon) et incarnant Ernesto dans Don Pasquale. Parmi ses autres rôles figurent Don Ramiro avec le New Generation Festival, à Florence, Gonsalve dans L’Heure espagnole avec le Wolf Trap Opera, Poisson dans Adriana Lecouvreur dans le cadre du Projet Young Singer du Salzburger Festspiele, le Requiem de Mozart avec l’Orchestre symphonique de Vancouver et le Messie d’Haendel, aux côtés de l’Orchestre symphonique de Victoria.

Josh Lovell a été membre du Lyric Opera du Patrick G. and Shirley W. Ryan Opera Center de Chicago et a suivi le programme de formation, Merola Opera, à San Francisco.

Josh Lovell est le lauréat du Grand Prix et du Prix d’Opéra 2018 du 52e Concours international annuel de chant de s-Hertogenbosch, aux Pays-Bas. Il a en outre obtenu la 2e place au Concours du Dallas Opera 2018 et remporté la 3e place au Concours de la Fondation Marcello Giordani et, en 2017, il a atteint les demi-finales des Auditions du Conseil national de l’Opéra métropolitain. Originaire de Victoria, en Colombie-Britannique, il a étudié auprès de Benjamin Butterfield à l’Université de Victoria et est diplômé de l’Université du Michigan, où il a parfait sa formation avec Stanford Olsen.  Il étudie actuellement avec Julia Faulkner. Josh Lovell utilisera son prix Gelber pour continuer ses cours de chant durant son séjour à Vienne.

Ema Nikolovska

Née en Macédoine et élevée à Toronto, Ema Nikolovska eu l’immense privilège de suivre des cours d’opéra à la fameuse Guildhall School of Music and Drama, de Londres, où elle par ailleurs obtenu une maîtrise. Figurent au nombre de ses principaux professeurs Rudolf Piernay, Susan McCulloch et Helga Tucker. Elle détient un diplôme du premier cycle en violon de l’École Glenn Gould, où elle a étudié auprès de Paul Kantor et de Barry Shiffman.

La cantatrice est une artiste de la nouvelle génération de la BBC, ainsi qu’une artiste du Young Classical Artist Trust (YCAT), organisme de bienfaisance s’intéressant à la carrière des artistes classiques émergents.  Ses prix et autres récompenses comprennent le prix Ferrier Loveday Song, le prix Oxford Lieder Young Artist Platform, le prix Guildhall Wigmore, le prix Gerald Moore Award Singers, le prix Susan Longfield, le premier prix et le prix du public lors de la remise des prix Maureen Lehane Vocal, et le deuxième prix lors du Concours international Helmut Deutsch Lied.

La mezzo-soprano fait en outre partie du programme Art of Song de Toronto, du programme Britten-Pears, de l’Académie de musique de Villecroze, des Azuriales, de l’Institut Franz-Schubert, de la Lied Akademie de Thomas Hampson, et de l’Atelier lyrique du Festival de Verbier.

Parmi ses dernières prestations, il convient de citer son premier récital au Wigmore Hall, la finale de la médaille d’or de la Guildhall, et un récital de Lieder de Schubert avec Malcolm Martineau au Pierre Boulez Saal de Berlin. Figurent parmi ses engagements à venir le Creative Dialogue XI Symposium avec Kaija Saariaho, un récital ave Joseph Middleton à Glenarm, le rôle de Celia dans La fedeltà premiata (La fidélité récompensée), de Haydn, et Sister Edgar dans The Angel Esmeralda (L’Ange Esmeralda), ainsi qu’une création de Lliam Paterson (deux productions de Guildhall).

Ema Nikolovska tient à remercier le Shipley Rudge Scholarship, le London Syndicate et le Countess of Munster Musical Trust de leur soutien. Elle profitera du prix de la Fondation Gelber pour couvrir les coûts associés à la vie et pour financer ses études à Londres.