Sonnez trompettes! Les lauréats du prix 2018

Comme lors des années précédentes, le jury du prix 2018 de la Fondation Sylva Gelber pour la musique a été frappé par l’extraordinaire talent – dans le domaine de la musique classique – des jeunes musiciens qui ont passé en direct la phase d’audition de notre processus de récompenses. Au cours de deux journées exaltantes à l’école de musique de l’Université d’Ottawa – qui a généreusement mis à la disposition de la Fondation, un local de répétition et une salle de spectacle – nous avons eu l’occasion d’entendre de jeunes musiciens venus de toutes les régions du pays. La plupart d’entre eux poursuivent des études supérieures dans de prestigieuses écoles de musique du Canada, des États-Unis et d’Europe. D’autres cherchent du soutien pour lancer leur carrière via des tournées d’auditions, des classes de maître et de l’encadrement. La majorité d’entre eux prévoit de participer à un ou plusieurs concours internationaux, en plus de leurs études, et, si l’on se fie au passé, ils ramèneront des prix importants!

Pour ce qui est des candidats les plus méritants, le jury a recommandé de récompenser 12 jeunes artistes en leur accordant des montants se situant entre 8 000 et (près de) 30 000 $ pour une dépense totale, cette année, de plus de 222 000 $. Le conseil d’administration de la Fondation a le plaisir de vous annoncer les noms des lauréats du prix 2018 de la Fondation Sylva Gelber pour la musique:

Eva Aronian, 23 ans, Montréal (Québec) — Violon. La violoniste Eva Aronian a récemment obtenu le 2e prix et le prix Aspen lors du Concours OSM Manuvie 2016. Elle a remporté en outre le 1er prix du Concours de Musique du Canada, le 1er prix, en 2015, du Concours des solistes et d’orchestre « Città di Barlassina » et s’est vu décerner le prix d’Artiste invitée par le Quatuor à cordes Borromeo. La musicienne a effectué de vastes tournées au Canada, aux États-Unis, en France, en Italie, en Allemagne et en Norvège.

Passionnée de musique de chambre, Eva Aronian a notamment prêté son talent à Kim Kashkashian, Roger Tapping, Laurence Lesser, Robert McDonald, Anthony Marwood, Lucy Chapman, Hsin-Yun Huang, au Quatuor à cordes Borromeo et au East Coast Chamber Orchestra (Orchestre de chambre de la côte Est). Elle a été invitée à se produire à la Philadelphia Chamber Music Society, au ChamberFest de Cleveland, au Chamberfest d’Ottawa et au Yellow Barn. Parmi les autres festivals auxquels elle a participé figurent l’IMS Prussia Cove, le festival de musique de chambre Four Seasons, le festival Pablo Casals, le festival de l’Académie de Kronberg, and le festival Perlman Music Program. Elle a prêté son concours à de nombreuses premières dont la première nord-américaine de Oktett de Jörg Widmann — et s’est produite dans des salles de spectacle aussi illustres que le Carnegie Hall, le Jordan Hall, la Maison Symphonique de Montréal, le Teatro dal Verme de Milan, and le Kimmel Centre.

Pour son diplôme du premier cycle, la violoniste a étudié avec Donald Weilerstein au conservatoire de musique de la Nouvelle-Angleterre. Elle poursuit actuellement ses études de maîtrise au NEC (Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre) en tant qu’assistante du professeur Weilerstein. Elle joue sur un violon Francesco Gobetti de 1714, gracieusement prêté par la Fondation Colburn.

Michael Bridge, 25 ans, Calgary (Alberta) — Accordéon.  Qualifié de «magicien de l’accordéon», Michael Bridge est loué dans le monde entier pour sa grande présence sur scène, son incroyable polyvalence et son admirable virtuosité. Salué par CBC comme faisant partie des « 30 musiciens classiques de moins de 30 ans les plus talentueux », il fait ses débuts orchestraux comme soliste aux côtés des Boston Pops et donne plus de 100 concerts par an en Europe et aux Amériques. Son premier album solo « Overture » a été nommé album de la semaine par CBC.

Du fait que son répertoire va au-delà de la musique strictement classique, le musicien l’a décrit comme étant « une musique de concert » englobant des œuvres baroques, classiques et contemporaines ainsi que de nombreux arrangements de musique folklorique. Artiste travaillant fréquemment avec des compositeurs, Bridge a offert plus de 40 premières mondiales. Il se produit en solo ou avec un orchestre et avec ses deux ensembles, Bridge+Wolak et l’Ensemble Ladom. Il a effectué des tournées en Pologne, en France, en Italie, au Royaume-Uni, au Brésil, en Équateur, aux États-Unis et dans toutes les provinces canadiennes.

Bridge poursuit des études doctorales en interprétation d’accordéon à l’Université de Toronto avec Joseph Macerollo. Son premier accordéon a été acheté lors d’une vente de débarras pour cinq dollars, alors qu’il avait cinq ans. Deux décennies plus tard, il redéfinit la perception de son instrument traditionnel. Le musicien est reconnaissant du soutien de la Fondation Sylva Gelber pour la musique et de celui du Conseil des Arts du Canada.

Bryan Cheng, 21 ans, Ottawa (Ontario) — Violoncelle. Deuxième prix du Grand Prix TONALi18 de Hambourg, le violoncelliste Bryan Cheng a attiré l’attention sur sa maîtrise du violoncelle « absolument stupéfiante » (selon La Presse) et sa « facilité hors de pair, sa musicalité innée et la joie qu’il dégage » (d’après le magazine New York Concert Review).  Il s’est vu attribuer le Grand Prix du Concours international Adelphi Orchestra de New York et a obtenu le 1er prix du Concours de la bourse de l’Orchestre du Centre national des Arts.  Il a remporté en outre le 2e prix du Concours OSM Manuvie et a été salué comme faisant partie des « 30 musiciens classiques de moins de 30 ans les plus talentueux ». Bryan Cheng a de plus remporté le prix Michael Measures du Conseil des Arts du Canada. Le violoncelliste a effectué ses débuts en solo à l’âge de 10 ans aux côtés de l’Orchestre de chambre I Musici de Montréal, a donné son premier récital à Carnegie Hall à 14 ans et, plus récemment, a fait ses débuts en solo, à la Philharmonie de l’Elbe, avec la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen (Chambre philharmonique de Brême) placée sous la baguette de Joshua Weilerstein. Fort d’un répertoire couvrant cinq siècles, incluant 11 premières mondiales, Bryan Cheng a entrepris des tournées et s’est produit dans toutes les provinces du Canada, dans une douzaine de pays et sur trois continents. Il a notamment été à l’affiche du Koerner Hall de Toronto, de la Philharmonie de Berlin et du Poly Grand Theatre de Shangai. Le violoncelliste a prêté de plus son concours à des festivals internationaux tels que ceux de Trasimeno, Dresdner Musikfestspiele, Aspen, Chamberfest Ottawa et du Festival of the Sound.

En tant que violoncelliste du Duo Cheng², le jeune musicien a sorti deux albums, sous étiquette allemande Audite, encensés par la critique : Violonchelo del fuego (juin 2018), et son premier album, Violoncelle français, qui a été choisi comme l’un des huit meilleurs CD de 2017 par la WCRB Radio de Boston. Le prix décerné au violoncelliste contribuera à l’achèvement de ses études du premier cycle à la Universität der Künste de Berlin tandis qu’il se prépare à participer à des concours internationaux, à donner des récitals et à offrir des prestations en solo en Amérique du Nord et en Europe.

Aviva Fortunata, 30 ans, Calgary (Alberta) — Soprano. Louée pour l’« amplitude de sa voix et la richesse de son timbre » (d’après Musical Toronto) la soprano italo-canadienne, Aviva Fortunata, a été finaliste au Concours Operalia de Placido Domingo et au Concours Cardiff Singer of the World de la BBC.  Outre le rôle-titre de Tosca à l’Opéra sur Avalon, la soprano Aviva a récemment ajouté à son répertoire le rôle de Norma à l’Opéra de Dallas. La cantatrice, diplômée de l’Ensemble Studio de la Compagnie d’opéra canadienne, a incarné, au sein de la CCO, la comtesse Almaviva dans Le nozze di Figaro, Fiordiligi dans Cosi fan tutte, Helmwige dans Die Walkure, la Première dame dans Die Zauberflote, Berta dans Barber of Seville (Le Barbier de Séville) et Annina dans La traviata. Elle a également personnifié Gutrune/Dritte Norn dans Gotterdammerung (Le Crépuscule des dieux) Norma dans Norma, Ellen Orford dans Peter Grimes, Anna dans Maometto II et Donna Anna dans Don Giovanni. Aviva Fortunata a de plus prêté son concours à l’Opéra de Saskatoon, participé au Programme d’opéra Merola de l’Opéra de San Francisco et s’est produite aux côtés de l’Orchestre philharmonique de Buffalo. Au cours de la saison à venir elle campera le personnage de Leonore dans Fidelio au Pacific Opera Victoria.

Maïthéna Girault, 23 ans, Montréal (Québec) — Violon. Maïthéna Girault s’est produite en qualité de premier violon avec des orchestres de France, d’Allemagne, d’Italie, des États-Unis et a joué à la Maison symphonique de Montréal.  Elle a eu le privilège de se produire à Carnegie Hall, à titre de soliste et de chambriste et est apparue plus d’une douzaine de fois en tant que soliste aux côtés d’orchestres québécois et français. Outre son prix en 2018, décerné par la Fondation Sylva Gelber pour la musique, la violoniste a remporté nombre d’autres récompenses et notamment le prix du Violon d’or 2017 (le plus grand prix de musique universitaire du Canada) et le premier prix du Concours de musique du Canada. Passionnée de musique de chambre, elle est un des membres fondateurs du Quatuor à cordes Milton, lauréat du grand prix du Concours de musique national de chambre Fischoff, en 2017. L’ensemble a prêté son talent aux membres des quatuors à cordes Alban Berg, Borodine, Ébène, Escher, Hagen, Jupiter et Tokyo.

La musicienne est entrée au Conservatoire de musique de Montr​é​al à l’âge de huit ans et a étudié auprès de Helmut Lipsky pendant dix ans. Elle détient à présent une licence en musique et un diplôme d’études supérieures en interprétation de l’Université McGill où elle a étudié avec Axel Strauss, Alexander Read et Andrew Wan. Au cours de l’année qui vient, la musicienne fréquentera l’École de musique de Manhattan en vue de poursuivre ses études avec Lucie Robert.

Maïthéna Girault joue sur le violon « Comte Koucheliov », datant de 1858, du luthier Jean-Baptiste Vuillaume.  Elle utilise un archet fabriqué par François Lotte, que lui a généreusement prêté le groupe Canimex.

Dasol Jeong, 26 ans, Toronto (Ontario) — Violon.  Née en Corée du Sud en 1991, la violoniste commence à apprendre le violon à l’âge de quatre ans. Elle émigre au Canada en 2003 et vit à Toronto où elle étudie avec le professeur Leo Wigdorchik. Elle se produit notamment, à titre de soliste, avec les orchestres symphoniques Kunsan et Jungeup, à l’âge de 9 ans, ainsi qu’avec le Eastman Philharmonia, l’Orchestre symphonique national de Kiev et l’Orchestre symphonique de Lviv. La violoniste s’est produite récemment sur les ondes de CBC et a été choisi comme faisant partie « des 30 musiciens classiques de moins de 30 ans les plus talentueux ».

Dasol Jeong a obtenu son baccalauréat à l’École de musique Eastman, sous l’égide du professeur Oleh Krysa, puis sa maîtrise à l’École Juilliard où elle a étudié avec le professeur Ida Kavafian. Elle a également obtenu un certificat d’études professionnelles à l’École de musique de Manhattan sous la houlette du professeur Pinchas Zukerman. Elle prépare actuellement une maîtrise en interprétation orchestrale à l’École de musique de Manhattan et a pour professeurs Glen Dicterow et Lisa Kim.

 Xiaoyu Liu, 21 ans, Montréal (Québec) — Piano. Xiaoyu Liu est né à Paris et a grandi à Montréal. Doté d’un tempérament musical et d’une technique hors de pair, il est réputé pour son jeu « à la fois imposant et ciselé émanant d’un grand sens de la rigueur » (d’après The Telegram, St John’s).

Le pianiste s’est produit dans le monde entier et a donné des récitals au Canada, en Chine, aux États-Unis, au Japon, en France, en Italie, en Ukraine, au Salvador, en Pologne, en Israël et en Suisse. Il a joué, en qualité de soliste, avec les orchestres les plus illustres tels que le Cleveland Orchestra, l’Orchestre philharmonique d’Israël, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre philharmonique de Sendai, l’Orchestre symphonique national d’Ukraine, l’Israël Camerata Jerusalem, l’Orchestre philharmonique de Lviv, et l’Orchestre des Amériques YOA.

En 2014, il a participé à une tournée en Amérique du Nord avec le China NCPA Orchestra, interprétant le Concerto en sol majeur de Ravel. Il s’est également produit avec le même orchestre au Centre national des arts de la scène à Beijing. Le National Post a écrit à propos de son interprétation qu’elle évoquait « une palette subtile de couleurs et de sentiments français ».

Lauréat du Prix d’Europe (2015) et du Grand Prix du Concours, en 2012, Xiaoyu Liu a en outre remporté différents prix et récompenses lors de nombreux et prestigieux concours internationaux de piano dont ceux de Sendai, de Montréal, du Grand Prix Animato de Paris, du Interlaken Classics de Bern et du Arthur Rubinstein de Tel-Aviv.

Il a réalisé de multiples enregistrements en studio, avec ICI Radio-Canada, mettant en exergue des œuvres de Bach, Beethoven, Chopin, Ravel, Satie, et sa musique a été diffusée dans le monde entier. « Les lignes mélodiques étaient bien définies et l’articulation d’une grande clarté. À cela s’ajoutait une gamme étendue de contrastes pleins d’allant avec des passages lyriques amoureusement ouvragés. On est subjugué! » (selon Classical Voice North America)

Actuellement, Xiaoyu Liu étudie auprès de Richard Raymond au Conservatoire de musique de Montréal ainsi qu’avec Dang Thai Son à l’Université de Montréal.

nna-Sophie Neher, 28 ans, Gatineau (Québec) – Soprano. Anna-Sophie Neher a récemment obtenu sa maîtrise en musique à l’Université Mc Gill où elle a remporté l’illustre prix Wirth d’interprétation vocale.  Elle a de plus étudié au Bard College et au Conservatoire de musique de Montréal. Lauréate du Concours OSM Manuvie 2017, la soprano a incarné, entre autres rôles, Blanche dans les Dialogues des Carmélites (Opéra McGill); Adele dans Die Fledermaus (Opéra McGill); Pamina dans Die Zauberflöte (Bard College); Belinda dans Didon et Énée (Conservatoire de musique de Montréal) et Barbarina dans Le Nozze di Figaro (Festival de musique d’Orford). Trois fois lauréate de la bourse de la fondation Jacqueline Desmarais, la cantatrice s’est en outre produite en qualité de soliste avec Clavecin en Concert, au Festival Bach de Montréal, avec l’Orchestre Symphonique de Gatineau, au Festival Schubert de Montréal et au Festival International de Lanaudière. Anna-Sophie est actuellement membre de l’Ensemble Studio de la Compagnie d’opéra canadienne, au sein de laquelle elle tiendra le rôle de Lavia lors de la première mondiale de Hadrian de Rufus Wainwright.

Yoanna Prodanova, 26 ans, Montréal (Québec) – violoncelle. La musicienne commence à étudier le violoncelle en Bulgarie avant d’émigrer au Canada en 2006. En 2012, elle obtient son diplôme d’études supérieures du Conservatoire de musique de Montréal, où elle étudie auprès de Denis Brott. Elle vit maintenant à Londres, en Angleterre, où elle termine ses études de maîtrise à la Guildhall School, après avoir obtenu un baccalauréat en musique (avec mention) sous l’égide de Louise Hopkins.

Yoanna Prodanova a donné récemment des concerts avec l’Orchestre symphonique de Banbury, l’Orchestre Amati et le Goodensemble à London ainsi qu’avec le Sinfonia de Lanaudière, au Québec. Elle a de plus offert des récitals à St Martin-in-the-Fields, au Milton Court Hall et au Barbican Hall de Londres.  Elle figure parmi les artistes du Park Lane Group et se produit à titre de soliste avec le Quatuor Barbican. Le groupe a fait ses débuts au Wigmore Hall en février dernier grâce au prix Maisie Lewis. Récipiendaire du prix du jeune artiste (en 2016), la musicienne a assisté à des classes de maître à IMS Prussia Cove, à l’Académie de musique de l’Ouest, au Festival de Kronberg et au Centre Banff. Passionnée de musique nouvelle, la violoncelliste a créé des œuvres de Benjamin Graves (au LSO de St Luke) et de Ben Smith (au Wigmore Hall). Le prix de la Fondation Gelber lui permettra de poursuivre ses études avec Rebecca Gilliver et Richard Lester et facilitera sa participation à des classes de maître internationales tout en lui permettant d’entreprendre des projets essentiels à son épanouissement musical.

Hillary Simms, 24 ans St. John’s (Terre-Neuve) – Trombone. Jeune tromboniste pleine d’allant de la côte est du Canada, Hillary Simms a obtenu son baccalauréat à l’Université McGill et détient une maîtrise de l’Université de Yale. Titulaire de la bourse Temerty, elle poursuivra ses études en vue de l’obtention de son diplôme d’artiste, à l’automne 2018 et ce, sous la houlette de Gordon Wolf, à l’École Glenn Gould.

Hillary Simms a mené, jusqu’à maintenant, une carrière de soliste et de chambriste. Outre ses récitals à titre de soliste et de chambriste, la tromboniste a participé avec succès à plusieurs concours. Elle a remporté récemment le 2e prix, dans la catégorie cuivres, lors de l’édition 2017 du Concours OSM Manuvie et obtenu une bourse d’études complète lui permettant de participer au Festival de musique d’Aspen et de fréquenter le Centre des arts de Banff. Avant cela, la tromboniste a remporté le Concours solo de trombone ténor de Division II (2017) du   American Trombone Workshop (Atelier américain de trombone) et a été finaliste du Concours solo de trombone ténor Marstellar de 2017.

La musicienne est membre du Quatuor Bonus Trombone Quartet, aux côtés duquel elle a été demi-finaliste, en 2018, du prestigieux Concours de musique de chambre M-Prize. Le quatuor a triomphé au Concours ATW (American Trombone Workshop) de quatuor de trombones, en 2017 et a eu le privilège de faire ses débuts à Carnegie Hall dans le cadre de la tournée Yale Brass Carnegie.

Charles Sy, 26 ans, Toronto (Ontario) -Ténor. Charles Sy détient un baccalauréat en musique ainsi qu’une maîtrise en musique de l’Université de Toronto et a participé à plusieurs programmes de formation lyrique dont ceux de l’Académie de musique de l’Ouest, l’Opera Theatre de Saint Louis, du Britten-Pears Young Artist et du Opera as Theatre du Centre Banff.  Il est membre de l’Ensemble Studio de la Compagnie d’opéra canadienne et termine actuellement des études en opéra, à l’École Juilliard, en vue d’obtenir un diplôme d’artiste.

Cette saison, il incarne le personnage de Nemorino dans L’elisir d’amore (L’élixir d’amour) avec le ARE Opera à New York (nouvellement appelé City Lyric Opera), effectue ses débuts à l’Opéra Juilliard sous les traits de Belfiore dans La finta giardiniera (La fausse jardinière), fait également ses débuts à Carnegie Hall sous les traits de l’Évangéliste et soliste ténor dans Weihnachtsoratorium (Oratorio de Noël). Il est appelé prochainement à incarner Agenore dans Il re pastore (le Roi berger) avec le Programme  et Ramiro dans Cenerentola (Cendrillon) avec l’Opéra de Vancouver.

Charles Sy vient de remporter le premier prix du Concours Oratorio Solo Lyndon Woodside 2018 de la Oratorio Society de New York. Il a été finaliste de la Glyndebourne Opera Cup 2018 et a obtenu le Premier prix tout en étant élu Choix du public lors du Concours Center Stage 2014 de la Compagnie d’opéra canadienne. Le ténor s’est vu attribuer la première place au Concours Nouvelles découvertes 2014 (oratorio) de la Société chorale d’Ottawa et a également reçu la bourse pour jeunes artistes – en 2013 – de la Fondation Hnatyshyn (catégorie voix classique).

Tony Yike Yang, 19ans, Toronto (Ontario) – Piano. Le pianiste sino-canadien Tony Yike Yang est en passe de faire partie des plus éminents pianistes de la jeune génération. À l’âge de 16 ans, le musicien a obtenu le 5e prix lors du 17e Concours international de piano Frédéric Chopin et est devenu le plus jeune lauréat de ce concours. Le pianiste s’est vu récemment décerner le prix discrétionnaire du jury à l’occasion du 15e Concours international de piano Van Cliburn où il était le plus jeune concurrent. Yang s’est produit aux côtés de l’Orchestre de Cleveland, de l’Orchestre national philharmonique de Varsovie, l’Orchestre Métropolitain de Montréal, l’Orchestre symphonique de Forth Worth, l’Orchestre symphonique d’Ottawa, l’Orchestre symphonique de Hunan, l’Orchestre symphonique de Hilton Head, le Toronto Sinfonietta, l’Orchestre du Festival de Toronto et l’Orchestre symphonique de l’Académie du Conservatoire royal de musique. Il a en outre prêté son talent à nombre de festivals dont ceux de Chopin et son Europe, Shanghai, Guangzhou, Harbin, Rockport, Lanaudière, Stratford sans oublier le festival canadien Chopin, Bravo Niagara, Wintergreen, ainsi que les festivals de musique de Niagara pour ne citer qu’eux. Le pianiste prépare actuellement un double diplôme en économie et en interprétation pianistique dans le cadre du programme conjoint du conservatoire de musique de l’Université Harvard – Nouvelle-Angleterre où il étudie le piano avec le professeur Wha Kyung Byun. Il est de plus membre de l’Académie internationale de piano Oberlin–Como.